Enseignant, GMF vous connaît bien !

Enseignant, état des lieux de la profession

GMF infographie enseignants

Comment se répartissent les enseignants ?

Le nombre d’enseignants avoisine le million en France. Pour parvenir à ce chiffre, il faut ajouter ceux du premier degré, du second degré et du supérieur dans le public et le privé.
En 2016,  selon l’INSEE, vous étiez 337 179 dans le premier degré public et 396 249 dans le second degré public dont 49655 agrégés, 245 820 certifiés et assimilés, 58 478 professeurs de lycée professionnel, 1815 professeurs d’enseignement général de collège et 28186 contractuels. Le supérieur public emploie 69724 enseignants.
Dans le public toujours, les femmes représentent 83,1 % des enseignants dans le premier degré, 58,3 % dans le second degré et seulement 38,6 % dans le supérieur.

Quels sont les revenus des enseignants ?

En moyenne, un enseignant rémunéré par le ministère de l’Education nationale perçoit 2360 euros net par mois. Les professeurs des écoles reçoivent en moyenne 2163 euros net mensuels, tandis que les professeurs agrégés touchent 3536 euros net mensuels. En revanche, les contractuels émargent à 1296 euros net par mois dans le premier degré et à 1638 dans le second. Certaines indemnités peuvent s’y ajouter, comme celle de suivi des élèves, dont le montant est de 1200 euros par an.

En savoir plus sur les salaires des enseignants français

Combien de temps travaillent les enseignants du premier degré ?

Les enseignants du premier degré assurent 24 heures d’enseignement hebdomadaire et 108 heures annuelles de travaux en équipe, d’activité pédagogiques complémentaires et de participations aux conseils d’école. Il faut y ajouter le temps de préparation des cours, de correction et de rencontre avec les parents d’élèves. Selon l’enquête emploi du temps de l’Insee, les enseignants du premier degré public travaillent en moyenne 44 heures par semaine.

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

echec-scolaire
Échec scolaire : les neurosciences au secours des élèves

Chaque année en France, près de 100 000 jeunes sortent de l’école sans qualification ni diplôme. La crise de la Covid-19 n’a rien arrangé. Selon une étude réalisée en 2021, 87 % des 16-25 ans estiment qu’elle a pesé sur leurs études ou leur formation*. C’est 8 % de plus qu’en 2020. Avec les neurosciences cognitives, il est désormais possible de porter un nouveau regard sur l’échec scolaire et d’envisager des solutions nouvelles. L’avis de Sylvie Amici, Psychologue de l’Éducation nationale et présidente de l’association APsyEN.

Lire la suite