En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies       En savoir plus sur les données personnelles

Comment trouver le bien immobilier qui vous correspond ?

Devenir propriétaire: mode d'emploi

Dernière mise à jour le 13/02/2018Note 0 (0 avis)

Dans le même dossier :

Comment organiser sa recherche de bien immobilier pour acheter ? Quels sont les points-clés à vérifier ? Quelles sont les différentes possibilités ?

Avant même de rechercher votre bien immobilier et devenir propriétaire, commencez par vous faire une idée de ce que propose le marché en visitant les sites internet spécialisés, en consultant les vitrines des agences immobilières ou en faisant appel à une étude notariale.

Vous souhaitez obtenir des informations sur les plans immobiliers à venir dans l'hypothèse d'un achat dans du neuf ? Contactez les différents promoteurs de votre ville et demandez-leur de vous présenter et commenter les plans. Le promoteur fournit en général un descriptif technique détaillé pour les projets susceptibles de vous intéresser.

La recherche du bien

Pour trouver le bien immobilier qui vous correspond, plusieurs solutions s'offrent à vous.

Vous pouvez rechercher votre bien seul, à l'aide de la presse spécialisée ou des nombreux sites d'annonces immobilières sur le web (Le Bon Coin, Se Loger, Logic-Immo et De particulier à particulier (PAP), etc.)

Vous pouvez aussi confier la recherche de bien à une ou plusieurs agences immobilières et autres "chasseurs d'appartements", en précisant vos souhaits et votre budget préalablement évalué.

Vous pouvez également passer par un programme de promoteurs dans le cas d'un investissement dans un bien neuf.

Les points-clés à vérifier

Bien connaître l’environnement dans lequel se trouve le bien immobilier qui vous intéresse est essentiel. Afin de préparer au mieux votre achat immobilier, renseignez-vous particulièrement sur :

  • l’accessibilité des transports,
  • la proximité des structures sociales et des commerces,
  • les différents projets d’aménagement de la ville,
  • le plan local d’urbanisme à la mairie.

N'hésitez pas à poser un maximum de questions à vos interlocuteurs afin de vérifier d'autres points importants tels que le bruit, la luminosité (visitez le bien à différentes heures de la journée), l’humidité, l’électricité, la plomberie, la toiture, les éventuelles anciennes fuites, l’état des lieux, l’isolation, la charpente, le type de chauffage, etc.

Prix du marché ou coût du neuf

Lors de la recherche de votre bien immobilier, il est évidemment très important de connaître les prix du marché. Pour cela, renseignez-vous auprès des notaires, des agences, des sites internet, du Conseil général de l’Environnement Durable (CGEDD) du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et de l’économie sur la vente de biens comparables.

En ce qui concerne le coût dans le neuf, sachez tout d’abord que le prix de vente est annoncé TTC. Il peut être ferme et définitif à la réservation ou bien révisable.

L’indexation se fait suivant la variation de l’indice national du bâtiment tous corps d’état (Index BT.01).

Les frais annexes sont réduits : taxe de publicité foncière, droit de timbre, honoraires de notaire, salaire du Conservateur des Hypothèques. En tout, de 2 % à 4 % du prix d’achat. Dans les frais d’acte notarié, la TVA est de 20,6 %. Pour un appartement vendu "en état futur d’achèvement", il faut ajouter 0,60 % de publicité foncière.

Surface habitable versus surface utile

Il est également très important de connaître précisément la surface habitable du bien que vous convoitez (ne la confondez pas avec la surface utile).

La surface habitable correspond à la surface de plancher construite après déduction des surfaces occupées par les murs, les cloisons, les marches, les cages d’escalier, les gaines, l’ébrasement de portes et de fenêtres.

Elle ne tient pas compte de tous les locaux dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 m. Elle ne tient pas compte non plus des dépendances, des combles non aménagés, des caves, des sous-sols, des remises, des garages, des terrasses, des loggias, des balcons, des vérandas ou séchoirs extérieurs au logement.

La surface utile, quant à elle, comptabilise toutes ces annexes. C’est la raison pour laquelle certains professionnels n’hésitent pas à utiliser cette notion plus flatteuse dans leur argumentation de vente. Notre conseil : tenez compte uniquement de la surface habitable. Sachez également que la loi Carrez rend obligatoire la mention de la superficie du bien vendu, lorsque celui-ci a été acheté en copropriété. Elle doit être mentionnée dans les promesses de vente ou d’achat et dans tout contrat de vente d’un lot de copropriété à l’exception notamment des caves, garages, emplacements de stationnement et de certains locaux de faible superficie.

Accompagnement professionnel et label Qualitel

Dans l'ancien, pour plus de tranquillité, vous pouvez également venir accompagné d’un professionnel afin de réaliser une première expertise du bien et préparer votre achat immobilier avec justesse en évaluant les travaux à prévoir.

Dans le neuf, le promoteur auquel vous aurez affaire a peut-être demandé, auprès de l’Association Qualitel, de pouvoir bénéficier de son label. C’est un label de qualité technique officiellement agréé par l’État qui permet d’obtenir un complément de prêt action logement (anciennement 1 % employeur) de 1 600 €.

Renseignez-vous car Qualitel examine :

  • la protection contre les bruits émis à l’intérieur du bâtiment,
  • la protection contre les bruits émis à l’extérieur,
  • le niveau prévisionnel des charges pour le chauffage et l’eau chaude,
  • le coût d’entretien des façades et des toitures,
  • l’installation plomberie / sanitaire,
  • l’installation électrique,
  • le confort thermique d’été.

Le label Qualitel s’applique aux logements neufs présentant un niveau de qualité technique supérieur à la moyenne des constructions neuves. Il est délivré après un examen rigoureux des documents techniques (plans, devis, descriptif).

Bon à savoir!

Informez-vous auprès de la mairie pour en savoir plus sur des sujets comme les projets d’urbanisme ou le permis de construire.

Pensez aussi à une éventuelle revente ! Ce critère est à prendre en compte au moment de l’achat. Il est même déterminant.

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Comment économiser en négociant son prêt immobilier avec sa banque ?

Vous êtes en pleine négociation pour votre prêt immobilier ? Ne signez pas les yeux fermés le contrat d’assurance annexé à l’offre de prêt de votre banque. 

La loi Lagarde vous permet de choisir votre assurance de prêt immobilier

Depuis septembre 2010, la Loi Lagarde permet au consommateur de choisir son assurance de prêt immobilier à condition que l’assurance de son choix présente des garanties équivalentes à celles proposées par la banque : c’est la délégation d’assurance.

Vous avez ainsi le droit de mettre en concurrence plusieurs assurances pour votre de prêt immobilier. Prêtiléa, le contrat d’assurance de prêt immobilier de la GMF, vous offre dans ce cadre la possibilité de réaliser de belles économies tout en étant parfaitement protégé.

Un niveau de garanties équivalent à celui de votre banque

La principale condition fixée par la Loi Lagarde est que le contrat d'assurance de prêt, que vous présentez, offre un niveau de garanties au moins équivalent à celui de l’établissement prêteur. L’objectif de la loi est de dynamiser la concurrence pour que les prix de l’assurance baissent et donc, vous faire faire des économies pour des niveaux de garanties au moins équivalents.

Sachez que certaines banques continuent de faire de la résistance : refus de considérer le contrat alternatif comme équivalent, menace de réviser le taux de crédit à la hausse, dossier trainant en longueur avec crainte d’un refus du prêt pour l’emprunteur ou de ne pas avoir son crédit à temps pour son acquisition

Grâce à la GMF, vous pouvez réaliser jusqu'à 50%(1) d'économies !

En 2014, les pouvoirs publics ont renforcé le dispositif de la Loi Lagarde en permettant à l’emprunteur de substituer l’assurance de son prêt par un autre contrat (avec des garanties équivalentes) pendant l'année qui suit après la signature de celui-ci : c’est l’objet des dispositions de la Loi Hamon relative à la consommation. N'hésitez pas à  faire un devis. Lire le dossier complet

La preuve par les chiffres

Julie 31 ans, employée dans une entreprise du secteur privé et Thomas, 32 ans agent administratif en Mairie contractent un prêt immobilier amortissable de 125 000 € au taux fixe de 3% sur 20 ans.

Coût de l’assurance de prêt pour les 2 contrats Coût estimé auprès d’une banque Coût total à la GMF Economies réalisées
Montant pour le couple 12 500 € 5 904,60 € 6 595,40 €
Taux du prêt 2% 2%  
Taux d’assurance 0,25 % 0,12 % 52 %
Cotisation mensuelle 52 € 24,60 € 27,48 €

Julie et Thomas ont économisé 6 595,60 €(1) en en choisissant l'assurance de prêt GMF.

Vous négociez votre prêt immobilier, félicitations !

Réduisez le coût global de votre crédit immobilier en optant pour une assurance compétitive.

  • Jusqu'à 50% d'économies sur votre assurance de prêt(1)
  • Tarification sur mesure
  • Niveau de protection identique à celui des banques

Faire un devis

(1)  En prenant pour base un taux moyen bancaire annuel par assuré de 0.25% (couramment appliqué par les banques en décembre 2016), sur le capital initial, sur un prêt d'une durée de 20 ans, avant examen des données médicales.