En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies       En savoir plus sur les données personnelles

Je veux épargner pour l'avenir

L'assurance vie : préparer votre avenir et celui de vos proches

info-temps-1.svg

Epargner dans un cadre fiscal avantageux

Vous êtes exonéré d'imposition sur les plus-values dans la plupart des cas, hors prélèvements sociaux pour un rachat après 8 ans (1). 

info-temps-2.svg

Transmettre un capital sans droits de succession

Les sommes versées aux personnes de votre choix ne seront pas soumises aux droits de succession dans la plupart des cas, selon la législation en vigueur. 

picto-economiser.svg

Pouvoir arbitrer entre sécurité et rendement !

Les contrats multisupport peuvent contenir à la fois un support en euros et des supports en unités de compte (UC). Ils s'adaptent à votre profil d'investisseur, au risque que vous acceptez de prendre et à la durée souhaitée d'investissement.

 L'assurance vie par la GMF

La question clé :

L'assurance vie est-ce un bon placement ?

Découvrir la réponse

Et la meilleure solution pour moi...

Vous voulez davantage d'informations ? 

Nous vous invitons à découvrir le contrat d'assurance vie Multéo.

L'assurance vie par la GMF

Vous avez un projet en tête ? 

Vérifions que Multéo est la solution qui vous convient

Indiquer mon projet

L'assurance vie en détail
  • Est-ce que je suis imposable sur les plus values ?

    Fiscalité de l'assurance vie

    Les contrats détenus, depuis 8 ans au moins, bénéficient d'une exonérations sur les plus values dans la limite de 4 600  € pour une personne seule ou de 9 200 € pour un couple soumis à imposition commune, tous contrats d'assurance vie et de capitalisation confondus. 

    Les plus-values générées par les primes versées avant le 27 septembre 2017 restent soumis au régime fiscal antérieurement applicable à savoir :

    • En cas de rachat après 8 ans 
      Après l'abattement annuel une taxation de 7,5 % s'applique.
    • En cas de rachat avant 8 ans 
      Plus-values soumises, sauf cas particuliers, à l’impôt sur le revenu ou à un prélèvement libératoire versé directement par la GMF à l’administration fiscale.​
      • Avant 4 ans : prélèvement libératoire de 35 %, 
      • Entre 4 et 8 ans : prélèvement libératoire de 15 %.

    Dans tous les cas, les plus-values du contrat sont soumises aux prélèvements sociaux de 15,5 %.

    Les plues-values générées par les primes versées depuis le 27 septembre 2017,  sauf exception(2) sont normalement soumis au prélèvement forfaitaire de : 

    • 7,5 % pour les contrats de 8 ans ou plus, 
    • 12,8 % pour les contrats de moins de 8 ans.

    Au-dessus de 150 000 € de primes versées non remboursées, sur l’ensemble des contrats d’assurance vie et de capitalisation dont est titulaire le bénéficiaire des produits au 31 décembre de l'année précédant le rachat, le taux de prélèvement forfaitaire de 12,8 % sera appliqué par l'administration fiscale sur la fraction excédentaire au moment de la déclaration des revenus de l’année du rachat.

    L’option pour l’imposition des produits au barème progressif de l’impôt sur le revenu sera possible au moment de la déclaration annuelle des revenus.

  • Qui va percevoir l'épargne en cas de décès ?

    Vous pouvez désigner les bénéficiaires de votre assurance vie.

    La clause bénéficiaire vous permet de désigner la ou les personnes à qui vous souhaitez transmettre le capital à votre décès. Elle doit être rédigée avec soin, pour éviter toute ambiguïté : les bénéficiaires doivent être faciles à identifier, et la répartition du capital entre eux doit être claire. A chaque changement de situation, il est important de veiller à ce que la clause soit toujours adaptée ou la modifier si besoin. 

  • Faut-il payer des droits de succession sur l'assurance vie ?

    Pour les contrats ouverts depuis le 20/11/1991                                    

    Primes versées avant l’âge de 70 ans
    Avant le 13 octobre 1998, les primes versées par le titulaire du contrat d’assurance vie, ainsi que les intérêts générés, sont exonérées de droits de succession. Après le 13 octobre 1998, les primes ainsi que les intérêts supportent un prélèvement forfaitaire de 20% après abattement de 152 500 € par bénéficiaire. Pour la part nette taxable supérieure à 700 000€, le taux de ce prélèvement passe à 31,25%.

    Primes versées après l’âge de 70 ans
    Après un abattement global de 30 500 €, les sommes versées aux bénéficiaires désignés seront soumises aux droits de succession classiques, aux taux en vigueur et selon le lien de parenté. Les intérêts produits par les sommes versées après 70 ans seront exonérées de droits de succession. 

    Conjoint survivant exonéré à 100%
    Le conjoint survivant ou le partenaire pacsé est toujours exonéré de droits de succession, y compris les sommes qu’il touche en tant que bénéficiaire du contrat d’assurance vie souscrit par le conjoint décédé.

  • Combien épargner au départ ?

    Versement à l’ouverture : 
    • 1 000 € minimum 

    Versements futurs : 
    • 300 € minimum par chèque 
    • 60 € minimum par prélèvement mensuel

    Vous pouvez adhérer en agence GMF, par courrier et sur Internet.

  • Est-ce que l'argent de mon contrat d'assurance vie est bloqué ?

    Contrairement aux idées reçues, l’épargne en assurance vie n’est jamais bloquée (à l’exception du contrat Perp). En cas de besoin d’argent impromptu, il est conseillé de vous tourner d’abord vers vos livrets d’épargne, conçus pour cela. L’assurance vie reste cependant disponible à tout moment, même avant les 8 ans du contrat.

    La souplesse de l’assurance vie ne s’arrête pas là. Elle vous permet aussi :

    - de verser à votre rythme et en fonction de vos capacités,
    - d’épargner autant que vous le souhaitez, sans limite imposée,
    - de choisir sous quelle forme vous souhaitez récupérer votre argent (capital ou revenus périodiques).