Culture sourde : favoriser le vivre ensemble

La Mairie de Plaisance-du-Touch sensibilise la population la culture sourde et à la langue des signes. Formation du personnel, ateliers d’initiation dans les écoles, chorégraphie dansée et signée : trois initiatives où le rapport au corps, plus que le handicap, est valorisé.

L’axe “Favoriser le vivre ensemble" issu du projet éducatif de territoire s’est concrétisé à Plaisance-du-Touch par la découverte du langage des signes. Une belle initiative qui permet de sensibiliser de nombreux publics au handicap, mais surtout d’apprendre à communiquer autrement et de s'ouvrir à une culture à part entière. 

3 projets, 1 objectif commun

En mobilisant un grand nombre d'acteurs sur le territoire, la mairie a développé un projet global et cohérent autour de la langue des signes. Côté service public, 24 agents et salariés de différents services ont été formés pendant huit mois dans le cadre de la formation professionnelle continue. En primaire, 12 enfants ont suivi un atelier d’initiation à la langue des signes pendant 24 semaines. Enfin, un atelier de création artistique "Danse des signes" a vu le jour, donnant lieu à des représentations lors des fêtes des écoles, de rue, de l’école de danse, jour de marché et journée jeunesse. Car le point fort du projet, en plus de favoriser un autre regard sur le handicap, est de présenter la langue des signes comme un langage vivant et universel.

Une communication élargie

Au sein des services publics comme dans les écoles, dans les familles ou dans la rue, cette initiative a ouvert le dialogue. Les agents de différents services ont pu avec succès orienter des usagers sourds pour leurs formalités administratives. En maternelle, certains enfants jusque-là en retrait se sont révélés particulièrement actifs lors des ateliers. En élémentaire des élèves formés ont mis en place, avec l'appui de leur enseignant, d’autres initiations à la langue des signes, et proposé un atelier découverte lors de la journée jeunesse. Quant aux représentations publiques, nées d’un travail commun entre les différents acteurs éducatifs de la ville, elles ont créé un véritable maillage territorial. Et ce sont des milliers de spectateurs et des centaines de parents qui ont pu s’ouvrir à ce mode d’expression.

L’ensemble de la population locale s’est ainsi mise au diapason. Comme la musique, la langue des signes a uni les habitants et instauré le dialogue entre les personnes sourdes et non sourdes. Ce beau projet d’inclusion sociétale fait parti des coups de cœur du Prix des Sociétaires de l’édition 2019 des Prix Territoriaux GMF.
 

Je vote pour ce projet