En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

Accident à l'école, comment réagir ?

Delphine Loez - 25/07/2016

 Corinne F., est « maîtresse » et partage les incidents les plus fréquents dans les classes d’école.

L’égratignure à la récré

Il faut quand même savoir que la plupart des accidents à l’école ont lieu pendant la récréation. La cour est le lieu de petits bobos, souvent sans gravité mais à prendre avec sérieux. Il est rare qu’une récréation ne se termine sans un genou écorché. En général, j’utilise de l’eau et du savon pour nettoyer la petite plaie.

Je pose ensuite un pansement réconfortant qui dissimule la blessure. J’ai toujours sur moi un mouchoir pour sécher les grosses larmes. Et, surtout, des mots gentils qui consolent. Si la chute est plus violente, je préviens immédiatement la directrice de l’école. Elle alerte les parents et, si besoin est, les secours.

La Fracture pendant les cours d’activité physique

Les enfants se blessent parfois durant les séances d’activité physique. Petites chutes, foulures voire même fractures… En vingt-cinq ans, deux de mes élèves se sont cassés le poignet, et tous les deux de la même façon. Ils couraient, sont tombés mains en avant.  Et bang, une fracture du poignet. J’ai tout de suite su que c’était sérieux.

A chaque fois, l’enfant avait vraiment mal et cela se lisait sur son visage. Je me souviens que l’un d’entre eux, conscient de la gravité de sa blessure, hurlait « hôpital ! » Les parents ont tout de suite été appelés. En les attendant, j’avais appliqué une poche de glace, pendant dix minutes. Le froid anesthésie la douleur.

55-16-twitter-card.jpg (459479551)

La Brûlure lors des travaux pratiques

Aujourd’hui, je n’utilise plus de pistolet à colle. Mais il y a trois ans, une de mes élèves s’est brûlé le bout de l’index en touchant un point de colle. Elle a poussé un cri strident. Une petite cloque est immédiatement apparue sur son doigt minuscule. Je lui ai mis le doigt sous l’eau froide et j’ai laissé l’eau couler pendant une dizaine de minutes. Elle était dans mes bras et hoquetait. Ses sanglots se sont apaisés petit à petit. Ensuite, elle voulait un pansement. Je lui en ai mis un.

La Coupure en classe

Les enfants se coupent parfois avec des feuilles de papier. C’est une blessure minuscule mais très désagréable. Dans ce cas, après un nettoyage soigneux des mains à l’eau et au savon, j’applique un pansement.

Un cas exceptionnel de Crise d’épilepsie en classe

Il y a quelque chose dont je voudrais vraiment parler, même si c’est rare. Une fois, dans ma classe, j’ai eu un enfant épileptique. Il avait un plan d’accueil personnalisé (PAI). Avec l’accord de ses parents, j’ai abordé le sujet avec l’ensemble de la classe. Il me semblait que les enfants seraient moins impressionnés en cas de crise. Le petit garçon a effectivement fait une crise convulsive en classe. Je l’ai allongé sur les coussins du coin bibliothèque, un oreiller sous la tête.

Les élèves étaient calmes, j’ai demandé à deux d’entre eux de prévenir la directrice. Elle a appelé les parents puis est venue m’aider dans la classe. J’ai chronométré le temps de la crise, comme indiqué dans le PAI. Quand la crise est passée, je lui ai nettoyé le visage et l’ai mis en position latérale de sécurité. Ses parents sont venus le chercher pour qu’il puisse se reposer le reste de la journée. Nous en avons discuté en classe, afin de désamorcer d’éventuelles inquiétudes. Et dès le lendemain, il est revenu à l’école.

Une confiance renouvelée
  • 3,47
    millions de sociétaires à nous faire confiance

  • 99%
    de clients satisfaits(1)

  • 1er
    assureur des agents du service public(2)

Je suis Agent du Service Public