En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

Une forte revalorisation de la prime des professeurs des écoles

Philippe Pottiée-Sperry - 25/07/2016

La prime des enseignants du premier degré passera de 400 à 1200 euros dès septembre prochain. Annoncée par le Premier ministre, « l’heureuse surprise » a été saluée par tous les syndicats d’enseignants. 

Une très bonne nouvelle pour les professeurs des écoles !

L’indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves (ISAE), destinée aux 370 000 enseignants de primaire et maternelle, sera portée à 1200 euros dès la rentrée 2016.

Le Premier ministre, Manuel Valls, l’a lui-même annoncé, le 3 mai 2016, lors des « journées de la refondation de l’école de la République ». Le geste était attendu suite aux récentes déclarations de la ministre de  l’Education nationale, évoquant le travail supplémentaire de ces enseignants, notamment dû aux effets de la loi de refondation de l’école.

Ces dernières semaines, une revalorisation en plusieurs temps était évoquée pour rattraper progressivement le niveau de l’indemnité de suivi et d'orientation des élèves (ISOE créée en 1993) des enseignants du second degré. S’élevant à 1200 euros, elle est trois fois plus élevée que l’ISAE, créée en 2013 pour les professeurs des écoles. Plus de la moitié de l’écart de salaire entre premier et second degré s’explique par ces primes.

Les syndicats d’enseignants évoquaient ainsi une question d’équité. Le SNUipp-FSU exigeait ainsi de « mettre fin à cette inégalité de traitement une bonne fois pour toute ».

bonne_nouvelle_professeurs_3 (459479551)

Un satisfecit des syndicats

Ils ont indéniablement été entendus. « L’heureuse surprise » d’une ISAE à 1200 euros a été saluée par tous les syndicats qui craignaient un alignement au-delà de 2017. Se-Unsa et Sgen-CFDT ont applaudi « une mesure de justice ». Balayant l’argument du clientélisme électoral, Manuel Valls a évoqué « de la considération et du respect » pour les professeurs des écoles. Et d’ajouter : « Il était temps que la République traduise cette reconnaissance que nous leur devons ».

Cela n’empêche pas les syndicats de continuer à réclamer la poursuite de l’alignement salarial des enseignants comme une amélioration de leurs carrières. Le Premier ministre a apporté un début de réponse en promettant « un parcours de carrière » revalorisé. Najat Vallaud-Belkacem doit « détailler ce nouveau parcours dans les semaines qui viennent ».

Une confiance renouvelée
  • 3,47
    millions de sociétaires à nous faire confiance

  • 99%
    de clients satisfaits(1)

  • 1er
    assureur des agents du service public(2)

Je suis Agent du Service Public