En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

Un pompier peu ordinaire

Delphine Loez - 15/09/2016

Franck Pilorget, infirmier à l’hôpital (SAMU et bloc opératoire), infirmier sapeur pompier volontaire et président de l'Association Nationale des Infirmiers Sapeurs-Pompiers (ANISP) nous partage quelques aspects de son quotidien pas banal.

Etes-vous un pompier comme les autres ?

OUI et NON. 

OUI parce que je suis intégré dans le dispositif des sapeurs-pompiers et fais partie de ce corps. Au sein de ce service de santé, j’ai le statut d’officier et donc un rang à tenir. Ce n’est pas évident car nous, les infirmiers, ne sommes pas forcément formés pour cela.

Nous devons malgré tout êtres comme l’ensemble des sapeurs-pompiers (habits réglementaires, rangers cirées et respect de la hiérarchie). En plus de nos missions auprès des victimes, nous sommes là en soutien des équipes de sapeurs-pompiers.

Notre rang d’officier complique parfois cette position. 

NON parce que j’appartiens à la filière du service de santé et de secours médical et non à la filière incendie. Je ne réalise donc pas les missions d’incendie et d’opérations diverses.

Evolution au fil des années

En quinze ans, j’ai beaucoup changé. Quand j’ai commencé, j’ai multiplié les erreurs relationnelles avec mes collègues. Je me prenais un peu au sérieux… Mais ce sont des maladresses que je ne commettrais plus.

Ma pratique aussi s’est métamorphosée. Aujourd’hui, je peux m’appuyer complètement sur mes compétences techniques d’infirmier d’urgence. Cela me permet de me concentrer sur les relations avec les victimes.

Dans le cadre de ma formation hospitalière, j’ai eu accès à des techniques extrêmement utiles, comme la sophrologie ou l’hypnose. Je m’en sers pour rassurer et apaiser les personnes. L’aspect humain est devenu primordial.

Une carrière intense

Les moments les plus forts de ma carrière sont sans doute les accouchements que j’ai effectués seul, sans médecin, à domicile ou dans la voiture. Quand cela se passe bien, tout le monde est content de vous !

Les collègues pompiers sont soulagés de vous avoir vu arriver et la nouvelle maman ravie d’avoir été bien accompagnée dans son accouchement. J’ai aussi vécu une expérience très forte en Haïti, où j’ai été envoyé après le tremblement de terre.

Même si tout était extrêmement difficile, cela a été une aventure humaine hors du commun et j’ai vraiment eu le sentiment d’être utile, de rendre service aux victimes, de remplir ma mission.

Conseils à un débutant

Si j’avais un conseil à donner il serait double : 

Cultiver l’humilité et faire preuve d’assurance. Il faut être capable de prendre des décisions, d’agir, mais surtout de demander de l’aide si on ne sait pas. Il faut être consciencieux et professionnel.
Et avoir un immense sens du service.
Il me semble qu’il est essentiel d’avoir d’abord exercé quelques années à l’hôpital. C’est sur cette expérience que pourra s’appuyer l’infirmier sapeur pompier. Cette base doit être solide.

Nous n’avons pas le droit à l’erreur.

Je suis Agent du Service Public