En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

Devenir sapeur pompier volontaire

Delphine Loez - 02/12/2016

Envie de vous engager ? D’aider les autres ? Si vous en possédez les qualités intellectuelles et physiques, vous pouvez tenter de devenir sapeur-pompier volontaire. Ils sont déjà près de 200 000 personnes en France et représentent 4 pompiers sur 5. Mais cela n’est pas donné à tout le monde : allez, à l’entraînement !

Pompier volontaire.jpg (171588358)

Les conditions nécessaires pour devenir Sapeur pompier

  • Avoir plus de 16 ans, 21 ans pour être officier, et moins de 60 ans. Pour les mineurs, le consentement écrit d’un représentant légal est nécessaire.
  • Résider légalement en France 
  • Jouir de ses droits civiques
  • Etre à jour de ses obligations concernant le service national
  • Absence de condamnation incompatible avec l’exercice des fonctions, voire même parfois avoir casier judiciaire vierge
  • Remplir certaines conditions d’aptitudes intellectuelles, médicales et physiques.

Exclusions

Les autorités militaires s’opposent en général à ce qu’un gendarme devienne Pompier volontaire. Les gendarmes doivent pouvoir se rendre disponible à tout moment, ce qui incompatible avec l’activité de Pompier. C’est souvent la même chose pour les policiers. Attention, il n’y a pas de SPV dans les départements de Paris, du 92, 93 et 94.

Recrutement de sapeur-pompier volontaire

Il se fait sur entretien et tests. Ces tests ne sont pas nationaux mais dépendent de chaque Service départemental Incendie et Secours (SDIS). Si vous souhaitez devenir pompier volontaire, il faut donc contacter le SDIS dont vous dépendez afin de connaître les modalités de recrutement. 

Les tests physiques

Ils sont exigeants et se calquent souvent sur ceux du concours pour devenir pompier professionnel. Selon les SDIS, ils mesurent :

  • L’aptitude à la nage (50 mètres sur le ventre, en un temps déterminé)
  • Les capacités cardiorespiratoires et la vitesse aérobie grâce au test de course à pied dit de Luc léger
  • L’endurance musculaire : sous forme de tractions et pompes
  • La souplesse
  • La résistance du bas du corps avec le test de Killy (chaise),
  • La résistance du haut du corps (planche).

Les épreuves écrites

Il y a parfois des épreuves écrites, qui se situent au niveau collège. En mathématiques, ce sont, en général, quelques opérations simples et des conversions d’unité. En Français, il s’agit de questions de compréhension d’un texte. Ces épreuves permettent de vérifier que le futur SPV pourra suivre la formation qui s’étale sur trois ans

Examen médical

Le médecin doit évaluer la condition psychique et physique du postulant, vision et audition incluses. Il doit également vérifier la capacité respiratoire, les antécédents d’asthmes ou d’allergies : il ne faudrait pas qu’une crise se déclenche en plein incendie ! Sans oublier les vaccins : bcg, hépatite A et B, thyphoïde voire même leptospirose, méningite, rage…

Le service de santé et de secours médical (SSSM)

Il peut accueillir, sous condition de diplômes, médecins, infirmiers, vétérinaires, pharmaciens et psychologue en tant que SPV. Là encore, un entretien, des tests physiques et un examen médical détermineront l’aptitude du postulant à devenir Pompier volontaire.

Source: www.pompier.fr