Le jour où j'ai intégré la Protection Civile

Depuis plus de 50 ans, la Protection Civile intervient lorsque la sécurité des populations est menacée. Constituée de 32 000 bénévoles, l’association est présente lors de grands rassemblements et mobilisée en cas de catastrophes naturelles, crises, etc. Nicolas Piel, 29 ans, a rejoint la Protection Civile de Seine-et-Marne il y a 5 ans. Aujourd’hui, il est directeur des opérations adjoint. À l’occasion de la journée internationale de la Protection Civile le 1er mars, il nous fait part de son engagement.

Le jour où j'ai intégré la Protection Civile

« J’ai fait toutes mes études dans le domaine de l’hôtellerie-restauration : BEP, Bac Pro puis BTS. Autant dire que je n’étais pas parti pour avoir la vie que je mène ! Mais alors que j’avais 16 ans, mon oncle a fait un accident vasculaire cérébral (AVC) devant moi. Les pompiers qui sont intervenus m’ont dit que j’avais eu les bons réflexes et que je lui avais sauvé la vie. C’est ce qui a tout déclenché. À partir de là, je me suis engagé chez les Pompiers de Paris dans le cadre d’un service civique, puis au Samu en tant qu’assistant de régulation médicale, mais aussi à la Croix Rouge française de Paris que j’ai fini par quitter pour la Protection Civile en 2015.

"Des missions riches, passionnantes "

C’est un ami qui insistait pour que je rejoigne cette structure et il a bien fait car j’y ai trouvé ce que je cherchais sur le plan des missions, des valeurs et des personnes. Je suis entré comme secouriste bénévole, mais je suis rapidement devenu chef d’équipe, puis directeur des opérations adjoint. Aujourd’hui, je suis l’interlocuteur privilégié des organisateurs d’évènements qui ont besoin de mettre en place des postes de secours. J’établis les devis, je construis les postes, je cherche les bénévoles et je gère la facturation. J’ai toujours beaucoup de choses à faire et je rencontre des nouvelles personnes tout le temps. J’adore ça.

Bien sûr, j’interviens aussi toujours sur le terrain, lors de festivals pour coordonner le dispositif en place et soutenir les équipes ou alors dans le cas de situations exceptionnelles. En 2015 par exemple, il y a eu des inondations très importantes en Seine-et-Marne. Pendant deux semaines, nous sommes allés chercher les gens chez eux pour les mettre à l’abri, puis pomper l’eau et nettoyer les maisons. Notre action sert notamment à soulager les pompiers dans leur mission d’aide à la population.

« C’est ma vocation, je n’en changerai pour rien au monde »

Aujourd’hui, je n’imagine pas faire autre chose. Je vis vraiment ce métier comme une vocation. Je me sens à ma place parmi les bénévoles dont beaucoup sont devenus des amis. Comme je suis également engagé au Samu et réserviste chez les Pompiers de Paris, mes proches me disent que j’en fais trop, mais je ne suis prêt à arrêter aucune de mes activités. Je ne connais pas la routine, et mon quotidien est très riche sur le plan humain. Si je devais tout recommencer, la seule chose que je ferais, c’est m’engager beaucoup plus tôt ! »

Qu'est ce que la protection civile ?

ampoule-gmf.pngCréée en 1965, la Protection Civile est une association nationale constituée de 32 000 bénévoles et 400 implantations locales. Mises au service de la population, ses équipes assurent trois missions principales : Aider, Secourir, Former.
Chaque année, la Protection Civile déploie ainsi 20 000 postes de secours lors de manifestations et évènements de grande envergure. Elle vient également en aide aux plus démunis (maraudes, récoltes de denrées et vêtements) et assiste les populations sinistrées. Ses 2 600 formateurs et 230 instructeurs forment enfin 110 000 personnes par an dont 40 000 personnes apprennent les gestes de premiers secours.

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser

Les travailleurs sociaux, qui sont-ils ?
Les travailleurs sociaux, qui sont-ils ?

La France compte 1,2 million de travailleurs sociaux. Ces héros du quotidien occupent des métiers d’une grande variété : éducateur spécialisé, assistant(e) maternelle, aide médico-psychologique, assistant(e) sociale… Tous accompagnent chaque jour et du mieux possible les personnes en difficulté. Alors à l’occasion de la Journée Mondiale du Travail Social qui se tiendra le 17 mars 2020, faisons connaissance avec la réalité du travail social en France.