En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies       En savoir plus sur les données personnelles

Actualités : Enquête sur l’exercice du mandat de maire

Enquête exclusive GMF Assurances – Opinionway : L’exercice du mandat de maire, une mission devenue difficile
pour 83 % d’entre eux

21 novembre 2017


GMF, assureur de référence de la fonction publique territoriale et des acteurs locaux, a interrogé les maires afin de recueillir leurs vécus et leurs opinions concernant l’exercice de leur mandat. Il s’agit de la deuxième enquête menée par GMF sur le sujet après une première étude publiée en novembre 2014.


La difficulté d’exercer le mandat de maire

Selon le sondage Opinionway pour GMF Assurances(1), 83% des maires estiment qu’il est difficile aujourd’hui d’exercer leur mandat (en hausse de 3 points depuis la précédente étude réalisée en novembre 2014) et plus d’un sur cinq juge même que c’est une mission très difficile (25%) (chiffre également en hausse de 3 points depuis la précédente étude).

Les maires des communes de moins de 10 000 habitants (83%) et de moins de 1 000 habitants (82 %) jugent particulièrement leur mission difficile. Un constat partagé dans une moindre mesure chez les maires des communes de plus de 10 000 habitants (77%).

Les maires qui ont l’expérience de mandat la plus courte (1 à 3 ans) sont les plus nombreux à déclarer rencontrer des difficultés (87 % contre 77 % des maires ayant un mandat de 10 ans ou plus). L’expérience joue donc favorablement dans la maitrise du mandat de maire, les plus expérimentés rencontrant proportionnellement moins de difficultés dans leur mission.


Le manque de moyens financiers

Le manque de moyens financiers constitue toujours la principale difficulté rencontrée pour 74 % des maires (en hausse de 4 points par rapport à 2014). Une difficulté particulièrement ressentie par les élus des communes de moins de 1.000 habitants (76%). La complexité juridique des dossiers est également citée en deuxième point (58%). Viennent ensuite au second plan, la lourdeur de la charge de travail (31% et en hausse de 2 points), le niveau de technicité des projets (23%) et l’insatisfaction des citoyens (22%).

Il est à noter également que le manque de collaborateurs (15% et en hausse de 3 points) ainsi que la fatigue physique (5% et en hausse de 2 points) prennent une importance croissante dans ce tableau des difficultés rencontrées.

Dans ce contexte compliqué, les relations qu’entretiennent les maires avec leurs administrés ainsi qu’avec les pouvoirs publics sont primordiales. Les maires jugent dans leur grande majorité (72%) qu’ils bénéficient de suffisamment de reconnaissance de la part des citoyens. A l’inverse, seulement 36 %
d’entre eux s’estiment suffisamment reconnus par les pouvoirs publics (et seulement 32% des maires de petites communes).

Néanmoins, au global, les maires entretiennent dans une très large proportion (91%) de bonnes relations avec les services de l’Etat.


L’influence du principe d’intercommunalité

Les récentes lois MAPTAM(2) (en 2014) et NOTRe (3) (en 2015) ont prolongé le mouvement initié depuis une dizaine d’années en faveur de l’intercommunalité. La nouvelle étude GMF – Opinionway a voulu analyser cette tendance notamment en termes d’influence sur l’exercice du mandat du maire.

Tout d’abord, l’enquête souligne l’importance du temps consacré aux activités de l’intercommunalité. En effet, la participation aux activités de l’intercommunalité est aujourd’hui l’activité à laquelle les élus consacrent le plus de temps (66%) devant la gestion de l’urbanisme (47%) et la préparation du budget (46%).

Surtout, pour 79% des maires, la généralisation du principe des intercommunalités a modifié l’exercice de leur mandat. Et cette évolution ne s’est pas faite sans peine puisque 72 % des élus reconnaissent que leur charge de travail s’est accru tout en constatant une diminution de leurs missions et responsabilités (57% d’entre eux) ainsi qu’une baisse de leur autonomie dans leur travail d’élu (54%).


« Les résultats de notre sondage témoignent des difficultés persistantes que rencontrent les maires aujourd’hui. Ils soulignent également l’importance jouée par le principe d’intercommunalité et comment celui-ci a modifié en profondeur l’exercice du mandat des maires. Il nous incombe de les accompagner au mieux dans ces changements et dans la mission de service public que remplissent ces élus aux services des citoyens » rappelle Laurent Tollié, directeur général de GMF Assurances.

Télécharger le communiqué de Presse