Premiers secours : je me forme

Premiers secours : je me forme

Moins de 40 % de la population française est formée aux gestes de premiers secours. Cette formation permet pourtant de sauver des vies : quatre personnes sur cinq ayant survécu à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes pratiqués par un proche ou un témoin avant l’arrivée des secours. Alors, n’attendez plus : formez-vous !

Quelle formation ? 

La formation aux gestes de premiers secours, appelée PSC1, se décline généralement en huit modules :

  • la protection ;
  • l'alerte ;
  • la victime s'étouffe ;
  • la victime saigne abondamment ;
  • la victime est inconsciente ;
  • la victime ne respire pas ;
  • la victime se plaint d’un malaise ;
  • la victime se plaint après un traumatisme (plaie, brûlure, atteinte des os et des articulations…)

Quelle durée ? 

La formation dure sept heures, réparties sur une journée ou deux demi-journées. La plupart des organismes proposent des « créneaux » le week-end, pour toucher un maximum de personnes.

Quel coût ?

Le coût est de 60 euros environ.

Pour qui ? 

Pour tous, à partir de 10 ans et sans limite d’âge.

Où vous former ?

A l’école : depuis 2005, une loi rend obligatoire la formation aux gestes de premiers secours dans les collèges et les lycées. Concrètement, elle se met en place progressivement, renseignez-vous auprès des responsables d’établissement.

En milieu professionnel sanitaire et social : tous les étudiants des secteurs du sanitaire et du social (personnel hospitalier, ambulancier, assistante-maternelle, etc.) suivent désormais une formation aux gestes de premiers secours.

Auprès d’un organisme formateur : Pompiers, Croix-Rouge, Protection Civile, Fédération française de sauvetage et de secourisme.

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Mutuelle santé et dépassement d'honoraires
Mutuelle santé et dépassement d'honoraires : tout ce qu'il faut savoir

Certains praticiens sont autorisés à réaliser des dépassements d’honoraire dans le cadre de consultations ou d’actes médicaux. Ces dépassements ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale. Ils reposent donc sur l’assuré. Toutefois, la mutuelle ou la complémentaire santé peuvent rembourser ce surcoût. Dans quelle mesure ? Quelle mutuelle ou complémentaire peuvent prendre en charge les dépassements d’honoraires ?

Lire la suite