Associations : quelles sont les règles pour transporter les enfants ?

Le transport des mineurs relève du Code de la route et des dispositions relatives aux transports en commun. Il s’y ajoute les recommandations des autorités que les associations sont libres de suivre pour mieux garantir la sécurité, dès lors que la prudence prime.

Classmates going to school by bus sitting smiling curious close-up blurred background

L’association organise le transport en minibus ou en voiture

Les minibus, conçus pour transporter 9 personnes (chauffeur compris), ne rentrent pas dans la catégorie des véhicules de transport en commun de personnes.Pour les conduire, un permis « B » valide suffit.

Les règles pour un minibus sont les mêmes que pour un véhicule particulier :

  • tout passager, âgé de moins de 18 ans, doit être maintenu par un système homologué de retenue pour enfants ou une ceinture de sécurité ;
  • le conducteur est responsable du port effectif de la ceinture de sécurité par les passagers et par lui-même ;
  • l’organisateur du transport vérifie que les conducteurs détiennent les documents nécessaires en cas de contrôle routier (permis, carte grise, assurance).

Assurez le véhicule de votre association

Je FAIS UN DEVIS d’assurance auto GMF

ampoule-gmf.png



Important

S’il a moins de dix ans, un enfant doit impérativement voyager dans un siège adapté à son âge, son poids et à sa morphologie. En savoir plus sur  les sièges auto.

La question du taux d’encadrement

En minibus, comme en voiture, le taux d’encadrement est respecté si le conducteur est le seul encadrant. Pour autant, le Code de la route veut que l’attention du conducteur soit entièrement mobilisée sur sa conduite et lui permette ainsi de « se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. » 
Il appartient donc à l’association qui – dans ce cas - assume seule la responsabilité en matière de transport collectif de prévoir dans quelles circonstances appliquer les recommandations des autorités, préconisant d'adopter un encadrement dissociant les rôles de conducteur et d'animateur, soit 2 accompagnants pour 7 mineurs transportés.

Les règles de prudence

  • La jurisprudence souligne que les enfants de moins de 10 ans doivent être l’objet d’une surveillance active, constante et vigilante.
  • La « dangerosité manifeste » – résultant de l’observation de l’état d’un véhicule, du défaut de permis ou d’assurance ou bien d’un doute à propos du comportement du conducteur (fatigue, emprise alcoolique, etc.) – peut engager la responsabilité civile et pénale de l’organisateur de transport.
  • Chaque année, un arrêté interministériel interdit pour l’année en cours la circulation des autocars transportant des groupes d’enfants pendant les jours de grands départs entre juillet et août. Les grands trajets en minibus sur ces jours particuliers sont fortement déconseillés.
     

ampoule-gmf.png


Important

Les jeunes conducteurs peuvent conduire un minibus. Toutefois, les directions départementales des territoires et de la mer peuvent déconseiller de les placer en situation de conduite, notamment sur des longs trajets ou comme unique encadrant dans un minibus. Les compagnies d’assurance posent également des conditions restrictives d’âge minimum.

Le déplacement d’enfants en transport en commun

« Il s'agit du transport de passagers organisé à titre principal pour des personnes de moins de dix-huit ans, au moyen d’un véhicule à moteur qui comporte plus de neuf places assises, y compris celle du conducteur quel que soit le motif du déplacement. »

  • Le véhicule doit être conforme aux obligations réglementaires en matière de caractéristiques techniques, d'entretien et d'aménagement indiquant le nombre maximum de personnes transportées.
  • L'organisateur est tenu de désigner un chef de convoi, d'établir une liste nominative des passagers et de placer un animateur à proximité de chaque porte et issue de secours. Il est responsable de la surveillance des enfants.
  • L’équipe d’encadrement doit toujours être présente et le taux d’encadrement respecté. 
  • En cas d’accident, la responsabilité de l’organisateur est partagée avec l’autocariste.
     

« Les règles pour un minibus sont les mêmes que pour un véhicule particulier. » 

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser