Sport et handicap : la Police nationale se mobilise

fspn

Pour inciter la pratique sportive par tous et sensibiliser aux situations de handicap, la FSPN (Fédération sportive de la Police nationale) organise depuis 2010 des journées « Police Sport Handicap », via sa ligue Centre Loire Bretagne, dont le prochain rendez-vous aura lieu au printemps 2023. Organisées conjointement par des policiers et des membres d’associations sportives handisport et sport adapté, ces journées rassemblent un large public de collégiens, lycéens et handicapés moteurs ou sensoriels. Cyril Demy, référent handicap de la FSPN, nous en dit plus…

Bien dans son corps

Cyril Demy, président de la ligue Centre Loire Bretagne et référent handicap de la FSPN, en est convaincu : « Vecteur de lien, le sport aide à être bien dans son corps et dans sa tête. Pratiquer avec des personnes en situation de handicap contribue à changer le regard sur le handicap. C’est tout l’objectif des Journées Sports Handicap que nous avons lancées en 2010 : sensibiliser, notamment les jeunes ».
Le principe : réunis en petits groupes, des collégiens, lycéens et des personnes en situation de handicap sont invités sur une journée, à s’initier ensemble à diverses activités sportives. Les participants sont encadrés par des policiers bénévoles de la FSPN avec le concours d’associations sportives et d’associations handisport et de sport adapté. « Une façon, aussi, de changer l’image de la police », souligne Cyril Demy.

Judo, tennis de table, escrime, boxe, basket fauteuil ou encore torball, un sport de ballon en situation de cécité : les disciplines proposées mêlent sports « classiques » et adaptés, pour que les jeunes valides puissent vraiment appréhender les sensations des personnes en situation de handicap. Et inversement ! « D’abord méfiants, les jeunes nouent très vite le contact. Dès la deuxième ou troisième activité essayée ensemble, le lien est créé », reprend Cyril Demy.
 

Bon à savoir

Près de 5 000 agents de la Police nationale sont reconnus en situation de handicap.

Une nouvelle formule pour 2023

Entre les Ponts-de-Cé (49), Le Mans (72) ou encore Bruz (35), sept éditions ont été organisées entre 2010 et 2017. Chaque année, une ville différente du Grand Ouest met à disposition ses infrastructures sportives. Au total, près de 3 000 jeunes y ont participé. « Un vrai succès : chaque année, nous avions plus de demandes que de places », souligne Cyril Demy. « Malheureusement, faute de temps, puis de crise Covid, nous avons dû mettre l’évènement sur pause ces dernières années ».
Il revient au printemps 2023 sous une forme inédite, au sein de l’école de police de Saint-Malo. « L’idée est de faire participer, en plus des publics habituels, des policiers en formation. Les futurs professionnels seront forcément confrontés au handicap, dans leur vie personnelle ou l’exercice de leur métier. Cette expérience les aidera à appréhender la situation différemment, en facilitant l’entrée en contact et les échanges. Au-delà, l’objectif est aussi d’essaimer et de proposer, à l’avenir, ces journées dans d’autres écoles et d’autres régions ».
 

Les Coquilles fêlées

Les Coquilles fêlées

En 2021, les Coquilles fêlées, une équipe de onze agents de la Police nationale de différents services et régions dont trois en situation de handicap, est partie sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. L’objectif de cette aventure sportive et humaine ? Relancer les actions de la FSPN en faveur du handicap et créer une émulation pour faciliter le déploiement de journées « Sport Handicap » partout en France.

Isabelle, Policière en uniforme assurée GMF

Assurances pour la Police Nationale

Découvrez l'offre GMF dédiée aux policiers

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Maison argent et calculatrice
La prime d’aide au déménagement pour les militaires

Avec une mutation tous les 5 ans en moyenne, les militaires et leur famille sont souvent amenés à déménager. Recherche d’un nouveau logement, prise en charge du déménagement… Des solutions financières existent pour aider les militaires en mobilité.

Lire la suite
Retraite des pompiers militaires de Paris et de Marseille : un régime spécial
Retraite des pompiers militaires de Paris et de Marseille : un régime spécial

En France, la majorité des pompiers sont des fonctionnaires territoriaux qui dépendent des SDIS (Services départementaux d'incendie et de secours) à l’exception des sapeurs-pompiers de la Brigade de Paris (BSPP) et du Bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM). Ces derniers ont le statut de sapeur-pompier militaire. Cela influe notamment sur leurs salaires et cotisations sociales. Mais qu’en est-il de leur retraite ? Quelles sont ses spécificités ? Comment se calcule leur pension ? Explications.

Lire la suite