En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

L’ordre national des infirmiers (ONI) interpelle les candidats à la présidentielle

Delphine Loez - 07/08/2017

Les infirmiers constituent la première profession de santé en France. Ils ont été plus de 20 000 à définir 9 propositions prioritaires qui concernent la santé en général et la profession infirmière en particulier. Par la voix de leur ordre, ils interrogent les candidat(e)s à l’élection présidentielle. Voici les grandes lignes de ces 9 priorités.

 

Priorité n°1 : Violence et protection des infirmiers

Priorité n°1 : Violence et protection des infirmiers

Pour 96% de la profession, la première des priorités concerne les violences subies au quotidien. La dégradation des conditions d’exercice représente une menace pour la qualité des soins. La profession infirmière demande que les forces de l’ordre, de la justice et les établissements de santé appliquent la tolérance zéro face aux agressions. Et sécurisent leurs conditions de travail.

Priorité n°2 : Représentation des infirmiers

La représentation des infirmiers dans les grandes instances de décision (comme la HAS, l’ANSM, les ARS…) est infime. Les infirmiers réclament que des infirmiers soient nommés conseillers dans les ministères de la santé, de l’éducation nationale, du travail et des affaires sociales. Ils souhaitent que les organes de représentations (ONI, syndicats, associations) soient associés aux décisions concernant l’évolution de leurs pratiques professionnelles

Priorité n°3 : Revalorisation des actes du corps infirmier

Les infirmiers souhaitent que la nomenclature qui fixe la tarification de leurs actes (en exercice libéral) soit repensée pour s’adapter à la réalité de la pratique. 

Priorité n°4 : Egalité d’accès aux soins

L’égalité d’accès aux soins est, pour l’ensemble de la profession un principe fondamental. Le reste à charge des patients est de plus en plus élevé et freine l’accès aux soins. Les infirmiers souhaitent que l’universalité et l’égalité d’accès aux soins soient préservées.

Priorité n°5 : Prévention et coordination

Les infirmiers jouent un rôle pivot dans la prise en charge du patient. Ils appellent à la création d’un statut d’infirmier référent coordinateur. Ils demandent aussi, afin de pouvoir assurer leur mission de prévention (dans les domaines de la sexualité, des addictions, de l’alimentation ou du suicide, par exemple) que soit instaurée une « consultation infirmière ».

Priorité n°6 : Qualité et sécurité des soins

Le plan de retour à l’équilibre financier pèse sur le personnel hospitalier. Les infirmiers souhaitent le renforcement des normes de qualité et de sécurité. Ils voudraient que soient défini un nombre maximum de patients par infirmier (variable selon les secteurs) afin de pouvoir dispenser les soins dans de bonnes conditions. Ils préconisent de systématiser l’accompagnement par un senior lors d’un changement de service.

Priorité n°7 : E-santé

Les infirmiers croient dans le partage de l’information : ils demandent le développement du dossier médical partagé, avec une partie dédiée au dossier infirmier et un dossier relatif à la vaccination.

Priorité n°8 : Compétences et responsabilités infirmières

Les infirmiers veulent développer l’accès aux soins par la mise en place de la pratique avancée infirmière, niveau master, l’élargissement du droit de prescription et de la vaccination sans prescription médicale.

Priorité n°9 : Création de départements de sciences infirmières

Les infirmiers souhaitent qu’une filière universitaire en sciences infirmières existe enfin, dès le début du quinquennat.

GMF & la Fonction Publique Hospitalière

NOUS SOMMES POUR CEUX
QUI RENDENT LA SOCIÉTÉ

PLUS HUMAINE
ET QUI EN FONT LEUR
VOCATION

En savoir plus