En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies       En savoir plus sur les données personnelles

Voitures électriques : en route vers le futur

Delphine Loez - 31/01/2018

La transition énergétique s’appuiera sans doute sur la mobilité électrique qui entraîne une réduction des émissions de CO2, de polluants chimiques et de particules.  Plus propres, plus silencieux, les voitures électriques ont bien le vent en poupe, mais quel est l’état actuel du marché du véhicule électrique ?

Histoire du véhicule électrique

Si la voiture électrique plonge ses racines dans le début du 19e siècle, son développement date du 20e siècle. En effet, en 1900 déjà, un tiers des voitures fonctionnaient grâce à une batterie. Cependant, dès l’arrivée de la Ford modèle T, la voiture électrique fut reléguée aux oubliettes.

Elle en sortit timidement dans les années 1970, après le choc pétrolier. Mais il faut attendre les années 1990 pour voir la commercialisation des premiers véhicules hybrides et notamment la Prius en 1997. Ces vingt dernières années, le marché du véhicule électrique, même s’il reste très largement minoritaire, est en pleine expansion.

État du marché du véhicule électrique

En France, 130 000 véhicules roulent à l’électricité, sur les 36 millions de voitures immatriculées. Cela signifie que la part de marché des véhicules électriques dépasse à peine les 1 %. Comme ces voitures restent très chères à l’achat, ce marché dépend largement des politiques de financement public. En 2017, l’aide de l’État français pouvait atteindre jusqu’à 6000 euros.  

Prévisions

Le coût des batteries électriques devrait diminuer de moitié d’ici 2020, rendant la voiture électrique enfin concurrentielle. Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, prévoit qu’en 2030, 30% de véhicules seront électriques ou hybrides, avec consommation maximale de 2 l /100.

Intentions d’achat

Un sondage réalisé le mois dernier par l’institut Harris interactive* pour Auto Moto révèle que, pour la première fois, les voitures hybrides et électriques arrivent en tête des intentions d’achat. Les hybrides passent devant les essences (72 contre 71 %) et les électriques devant les diesel (45 contre 42 %). Toutefois, cet achat est plutôt envisagé à moyen terme, vers 2025.

Marché de l’occasion électrique

Le marché des voitures électriques d’occasion est balbutiant : moins de 7000 voitures électriques d’occasion ont été vendues en 2017. Néanmoins, il progresse par rapport aux années précédentes : 4557 véhicules électriques avaient été vendus en 2016 et 3730 en 2015. Selon les constructeurs, la demande est forte. Voilà qui pourrait rassurer les potentiels acheteurs de véhicules électriques neufs…

Un bilan écologique à améliorer

La plupart des véhicules électriques fonctionnent avec des batteries. Ces voitures produisent peu d’émissions nocives, sont silencieuses et leur bilan carbone est meilleur que celui des véhicules thermiques. En revanche, côté environnement, la fabrication d’une voiture électrique nécessite aujourd’hui deux fois plus d’énergie que celle d’un véhicule thermique.

Et, en France du moins, l‘électricité nécessaire pour la recharger provient majoritairement des centrales nucléaires, générant des déchets. Sans oublier que la fabrication de batteries puise dans les ressources naturelles (lithium, cobalt et autres minerais rares). Les chercheurs travaillent à améliorer son bilan écologique : électricité produite à partir des énergies renouvelables, recyclage des batteries… À suivre !

* http://harris-interactive.fr/opinion_polls/electriques-hybrides-les-francais-prets-a-franchir-le-pas/

Cet article vous a été utile ?