Prix Hélioscope-GMF : les lauréats

Prix Hélioscope-GMF : les lauréats

Prix Hélioscope - GMF : un palmarès résolument humain

Chaque année, le Prix Hélioscope-GMF récompense des projets pluridisciplinaires, humanistes et généreux, ayant pour but de faciliter et d’améliorer le quotidien des malades. Votre service et vos équipes développent aussi une ou des initiatives solidaires ? Participez à la prochaine édition du Prix Hélioscope-GMF qui débutera en janvier prochain.

Le palmarès 2020

  • 1er Prix : CHU de Saint-Etienne

    Accompagner les adolescents diabétiques vers le secteur adulte

    Le Centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne a eu l’idée de concevoir un atelier d'éducation thérapeutique pour faciliter le passage des adolescents diabétiques du service de pédiatrie vers le secteur adulte. 

    Comment éviter la rupture de soin des adolescents diabétiques ? Pour répondre à cette question, les services de pédiatrie et d'endocrinologie-diabétologie adulte du Centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne ont imaginé un atelier d'éducation thérapeutique. Celui-ci a pour vocation de permettre aux jeunes patients d’acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour vivre le mieux possible leur maladie chronique. L’idée du CHU est d’accompagner, dans les meilleures conditions, la transition des adolescents diabétiques du secteur pédiatrie vers le secteur diabétologie adulte.

    Pour une transition en douceur

    La première étape de ce programme de sensibilisation passe par une soirée organisée à l’intention des parents des adolescents diabétiques. Invités à une table ronde par les équipes médicales et paramédicales de pédiatrie et d'endocrinologie adulte, ils prennent ainsi connaissance du projet et peuvent échanger avec les professionnels sur le rôle, essentiel, qu’ils ont à jouer auprès de leur enfant pendant cette période de transition. 

    Dans un deuxième temps, une journée est consacrée aux adolescents. Ils y rencontrent de jeunes adultes dits « patients experts » et des professionnels médicaux et paramédicaux des deux services. Cette journée comprend : une présentation des équipes, une activité commune (Escape Game) pour créer du lien dans le groupe, un repas en restauration rapide, une visite du secteur adulte et une table ronde pour échanger sur la manière de gérer la transition entre les deux secteurs. 

    Des bénéfices indéniables

    En 2017, 10 parents et 4 adolescents étaient présents. L’année suivante, la soirée pour les parents n’a pas été organisée mais 7 adolescents ont participé à l’atelier. En 2019, ce sont 13 parents et 6 adolescents qui ont pris part au projet. Au bout de trois ans, professionnels et patients ont donc décidé de pérenniser le projet. Des améliorations ont été apportées et continuent de l’être au fil des évaluations.  

    Cet atelier d’éducation thérapeutique apporte d’indéniables bénéfices pour les patients mais aussi pour les parents qui sont rassurés quant à la continuité de la prise en charge. Du point de vue du personnel médical et paramédical, ce projet de transition a apporté une meilleure connaissance et collaboration entre les services, une harmonisation des discours et de certaines pratiques et une valorisation du travail de chacun.
     

    L’atelier d'éducation thérapeutique du CHU de Saint-Étienne autour de l’accompagnement des adolescents diabétiques vers le secteur adulte a décroché le 1er Prix Hélioscope-GMF 2020. 
     

  • 2ème Prix : Centre hospitalier de Saint-Malo

    L’écoute et la bienveillance face à la violence familiale

    Le Centre hospitalier de Saint-Malo a installé un dispositif interservices destiné à proposer un parcours de soins adapté aux adultes et enfants victimes de violences intra familiales.

    Les services hospitaliers sont souvent démunis face aux violences intra familiales. Le Centre hospitalier de Saint-Malo a décidé de réagir. Avec son dispositif Violences Intra Familiales (VIF) qui s’adresse aux adultes et enfants victimes de violences au sein même de leur famille, l’hôpital a souhaité installer un cadre qui permette de libérer la parole, informer des droits légaux, soutenir et orienter, définir une aide médicale sur mesure…

    Un dialogue collaboratif

    Ce projet transversal a été initié et porté par des professionnels des services des Urgences, de pédopsychiatrie et social du Centre hospitalier. Médecin, assistante sociale, psychologue, infirmière, secrétaire, psychomotricienne et cadre du service social de l'hôpital sont ainsi personnellement investis dans ce dispositif. Mais celui-ci ne fonctionnerait pas sans l’instauration d’un véritable dialogue entre les différentes structures et fonctions publiques, à savoir la Gendarmerie, l'Éducation nationale, la Police nationale, les associations de victimes, le Planning familial… 

    Suivi psychologique

    C’est grâce à cette articulation entre services de l'hôpital et partenaires extérieurs que le dispositif VIF assure le repérage et l'accompagnement de victimes (adultes et enfants). La prise en charge des enfants et adolescents notamment permet d'évaluer leur état psychologique, de les accompagner dans l'expression de leurs émotions et de les aider à identifier et canaliser les comportements violents. Elle fait en sorte aussi d’élaborer des scenarii en cas de récidive et d'assurer un suivi psychologique. Ce dispositif offre aussi une grande réactivité lors du passage de la victime aux urgences. Un rendez-vous de consultation médico-sociale gratuite est ainsi systématiquement organisé dans les jours qui suivent. 

    Une sensibilisation constante

    L’efficacité de ce dispositif ne vaut toutefois que par le travail continu de sensibilisation que mènent les professionnels engagés sur le projet auprès des autres équipes hospitalières (services et ambulatoires). Internes, élèves infirmiers, personnels soignants aux urgences des trois établissements du Groupement hospitalier de territoire (GHT) rencontrent ainsi systématiquement les services qui accompagnent cette initiative sur le terrain.
     

    Ce dispositif collaboratif spécifique aux adultes et enfants victimes de violences intra familiales du Centre hospitalier de Saint-Malo a reçu le 2ème Prix Hélioscope-GMF 2020.

  • 3ème Prix : Centre hospitalier des Marches de Bretagne

    Un parc animalier écoresponsable et thérapeutique

    Près de Fougères (Ille-et-Vilaine), le Parc animalier de Tremblay du Centre hospitalier des Marches de Bretagne a su concilier insertion thérapeutique et citoyenneté.

    L’idée d’un parc animalier comme outil thérapeutique est originale. Le Foyer de vie Le Chemin des Îles du Centre hospitalier des Marches de Bretagne en a fait un axe majeur de sa politique de soins. Depuis 1985, cet établissement accompagne des personnes en situation de handicap mental ou déficients intellectuels dans leur vie sociale en mettant en place diverses activités notamment via des partenariats culturels et sociaux (mosaïque, vannerie, activités manuelles, horticulture…). 

    Un projet participatif

    Le Foyer qui accueille 75 hommes et femmes en hébergement complet ou en accueil de jour, a ainsi créé en 2004 le Parc animalier de Tremblay, un site écoresponsable, thérapeutique et convivial de 2 hectares, libre d’accès au public. Le projet a été conçu et réalisé par les salariés et résidents du Foyer. Une démarche participative qui a permis de valoriser l’implication des résidents, des professionnels et des partenaires extérieurs associés et de mettre en avant les nombreux atouts du Parc, à savoir la grande variété des animaux à découvrir et une promenade accessible à tout public sur un parcours d’environ 800 m.

    Viser le label Tourisme et Handicaps

    L’établissement a souhaité aller plus loin. Après avoir conçu une Charte de l’éco-pâturage, elle vise désormais la Labellisation Tourisme et Handicaps garantissant un accueil adapté pour les touristes en situation de handicap. Pour obtenir ce label, des améliorations s’imposaient. L’équipe du Parc et du Centre hospitalier, en partenariat avec les résidents, a donc proposé d’améliorer le cheminement du parc, de procéder à l’agrandissement des surfaces d’éco-pâturage ou encore de concevoir des allées supplémentaires. Le parc rend ainsi service au territoire à travers sa dimension touristique, de loisir, sociale, familiale...

    Valoriser les personnes en situation de handicap

    Sur le plan thérapeutique, le projet permet d’épauler les résidents du foyer sur le chemin de la citoyenneté avec une activité quotidienne valorisante qui leur redonne une place dans la société et un sentiment d’utilité. Parallèlement, en alliant découverte de la faune et des espaces naturels, respect de l’environnement et sensibilisation à la culture, le Centre hospitalier participe à une politique active en faveur du développement durable.
     

    Le Jury du Prix Hélioscope-GMF 2020 a décerné le 3ème Prix au projet du Parc animalier de Tremblay porté par le Centre hospitalier des Marches de Bretagne qui incarne et défend des valeurs de respect, d’ouverture et d’intégration.
     

  • 4ème Prix : Groupe AHNAC

    Former à l’accueil des personnes non ou malvoyantes

    Pour mieux accompagner les personnes non ou malvoyantes, le groupe AHNAC dans les Hauts-de-France a innové en concevant un programme de formation spécifique pour son personnel soignant.

    L’accueil et le suivi des personnes non-voyantes et malvoyantes en milieu hospitalier s’apparente parfois à un parcours du combattant. C’est justement pour améliorer la qualité de la prise en charge de ces patients dans ses différents établissements que le groupe AHNAC a décidé de revoir l’intégralité de son mode de fonctionnement. Cet acteur majeur du système de santé en région Hauts-de-France s’est associé pour l’occasion à l'Association des Chiens Guides d'Aveugle-Centres Paul Corteville. 

    Des ateliers de formation

    Experte en matière d’outils limitant les risques de collision avec les obstacles situés sur le chemin des personnes déficientes visuelles, l’association travaille autour des deux aides techniques que sont le chien guide et la canne blanche électronique. 

    Les Centres Paul Corteville et l’AHNAC ont ainsi mis en place une action de sensibilisation dans les établissements sanitaires et médico-sociaux du groupe, à commencer auprès des personnels soignants de six EPHAD et deux hôpitaux. Le programme, baptisé « Voyons leurs soins avec eux », est composé d’ateliers pratiques. Ces derniers recourent à des lunettes de simulation et à des mises en situation qui provoquent une réelle prise de conscience et modifient ainsi les pratiques : expliquer comment est organisée l’assiette du repas, ne pas bouger les affaires dans la chambre d’une personne malvoyante pendant le ménage, faire toucher les différents objets de la pièce pour mieux les repérer…

    Mise en place de bonnes pratiques 

    Les deux premières formations réalisées début 2020 dans des EHPAD à Noyelles-sous-Lens et Achicourt ont permis de former 52 personnes de différentes catégories professionnelles, des aides-soignants au personnel administratif en passant par les infirmiers. 

    Les ateliers qui se déroulent par groupe de 15 personnes visent à mieux appréhender les représentations mentales des personnes malvoyantes et la gestuelle ou le vocabulaire à adopter pour favoriser une meilleure gestion du stress du patient lors de sa venue. Des techniques qui sont d’ailleurs tout à fait transposables à des patients ayant ou non un handicap.

    Des résultats concluants

    L’impact de cette formation sur la prise en charge des résidents est d’ores et déjà encourageant. Quelques bonnes pratiques ont ainsi été mises en place afin de mieux accompagner les personnes déficientes visuelles. Ces nouvelles mesures ont également permis au personnel de soins de se sentir plus à l’aise avec ces patients et d’être ainsi plus efficace. 
     

    « Voyons leurs soins avec eux », une initiative du Groupe AHNAC qui prône l’inclusion des non et malvoyants dans le parcours de soins, a remporté le 4ème Prix Hélioscope-GMF 2020. 

     

  • 5ème Prix : Centre hospitalier Laborit de Poitiers

    Se réinventer pour mieux accompagner les plus fragiles

    S’adapter à un nouveau contexte, à de nouveaux besoins. Aux termes de près de 10 ans d’activité, le Relais Georges Charbonnier de Poitiers, structure d’accès aux droits et aux soins des publics les plus fragiles, a instauré des actions pour mieux favoriser l’intégration des personnes en situation de précarité et de migration.

    C’est un lieu d’accueil bienveillant sans condition, pour toute personne en situation de précarité et de migration. Le relais Georges Charbonnier a été créé en 2000 avec le concours, notamment, de la ville de Poitiers, du Centre Communal d’Action Sociale, du CHU de Poitiers, de l’association Toit du Monde et du Centre hospitalier Henri Laborit. 

    Assurer l’autonomie et la santé des usagers

    Les professionnels des institutions publiques associées à ce projet humaniste et solidaire y proposent des prises en charge médico-psycho-sociales ainsi qu’une orientation adaptée. Tout un réseau de partenaires accompagne également l’établissement : la Maison des 3 Quartiers, le Secours Catholique, le Secours Populaire, la Croix-Rouge, les Restos du Cœur, Emmaüs, les bailleurs sociaux… L’objectif est de promouvoir l’autonomie et la santé des personnes qui y sont accueillies ainsi que leur accès aux différentes structures sociales. 

    S’adapter à l’évolution des demandes

    Éviter le renoncement aux soins, assurer la prévention et les soins de première intention, proposer un repas équilibré dans le cadre d’un restaurant social… Les contributions des différents acteurs de ce projet (médecins, infirmiers somaticiens, infirmiers psychiatriques, éducateurs de rue, assistants sociaux…)  s’adaptent à l’évolution des différentes demandes. 

    Dans le respect du choix des personnes

    S’appuyant sur une démarche de projet participative intégrant de bout en bout l’équipe de professionnels, ce travail mené tout au long de l’année 2019 a mis en évidence la nécessité d’instaurer des actions qui favorisent l’intégration ou le maintien dans le système de prise en charge. Il a également souligné l’importance de prendre en compte les particularités des modes de vie et de consommation médicale des personnes en situation de précarité et de migration.

    Cette réflexion s’est faite dans le respect du choix des personnes et de la singularité de leur situation. Enfin, le succès de la démarche doit aussi beaucoup au fait que le Relais a la capacité de s’informer et d’identifier les besoins du territoire, pour ainsi mieux y répondre au quotidien.
     

    Le Relais Georges Charbonnier du Centre hospitalier Laborit, une structure humaniste et solidaire qui a reçu le 5ème Prix Hélioscope-GMF 2020 pour son accompagnement des plus fragiles.
     

  • Prix des sociétaires GMF : Centre hospitalier de Tourcoing

    Un kit pour faciliter la communication

    Le Prix des sociétaires Hélioscope-GMF 2020 a récompensé le kit de communication non verbale du Centre hospitalier de Tourcoing, destiné à améliorer l’accueil des personnes en situation de handicap.

    L’expérience hospitalière des personnes en situation de handicap peut se transformer en parcours du combattant. Or ce parcours peut être facilité, grâce à une communication plus adaptée qui permet alors aux patients de devenir acteurs de leurs soins. Quant aux soignants, certains désarmés par manque de formation, ils reconnaissent eux-mêmes ne pas avoir toujours les codes pour la prise en charge de ces patients. 

    Des outils facilement compréhensibles par tous

    Au travers d’un comité de coordination handicap mis en place avec l’association des Papillons blancs des villes de Roubaix et Tourcoing (membre de l’Unapei), le Centre hospitalier de Tourcoing a donc décidé de développer des outils de communication adaptés à ces patients. En associant en amont soignants, usagers et professionnels du handicap, l’établissement a conçu un kit de communication intégrant des pictogrammes facilement compréhensibles par toute personne et notamment celles en situation de handicap mental.

    Ce kit, présenté dans une petite mallette verte, se compose d’un abécédaire, d’une ardoise, d’un calendrier perpétuel, d’une horloge et de pictogrammes se présentant sous la forme de cartes déclinées en 5 catégories différenciées par un code couleur : administratif, examens, hospitalisation, motifs/antécédents et soins.

    Un succès qui fait école

    Un an après son déploiement en 2015, plus de la moitié des professionnels de santé avait déjà utilisé le kit. La désignation d’un référent handicap a minima dans chacun des pôles d’activité du Centre hospitalier a grandement facilité cette appropriation par les soignants. Une évaluation en 2019 a également permis de constater que 54 % des patients concernés avaient réussi à exprimer leurs attentes à l’aide de ce nouvel outil.

    À l’usage, le kit, qui évolue constamment pour toujours mieux répondre aux besoins des patients, a montré qu’il pouvait aussi être utile aux enfants et aux personnes ne parlant pas le français. Devant un tel succès, le Centre hospitalier de Tourcoing a décidé de déployer le kit au sein de ses différentes structures partenaires afin de disposer d’un outil unique de communication.
     

    Le Prix des sociétaires Hélioscope-GMF 2020 a distingué le kit de communication du Centre hospitalier de Tourcoing, plébiscité tant par les patients que par les professionnels de santé.

     

Le palmarès des éditions précédentes

Découvrez le palmarès des éditions précédentes
Je découvre
Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser

Prix Hélioscope-GMF : les candidatures de la 22ème édition sont ouvertes !
Prix Hélioscope-GMF : les candidatures de la 22ème édition sont ouvertes !

Créé par la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France et GMF, le Prix Hélioscope-GMF met en lumière et récompense, chaque année et depuis 1998, l’engagement et la coopération des équipes hospitalières qui mettent toute leur énergie au service des malades et leur famille, en développant des actions en faveur du mieux-être des personnes hospitalisées.