Marion Buchet : « On ne peut pas se satisfaire de la situation actuelle »

femmes-armee

Marion Buchet, Présidente de l’Af1D2 (Avec les Femmes de la Défense) depuis un an, inscrit son action en faveur de l’intégration professionnelle des femmes dans les armées. Pour elle, il reste du chemin à parcourir quand on sait qu’il a fallu attendre 2022 pour voir la première femme nommée générale 5 étoiles… 

Comment l’Af1D2 contribue-t-elle à favoriser l’attractivité des métiers de l’armée auprès des jeunes femmes ?
Marion Buchet. Nous avons différents modes d’actions. En matière de communication, via les réseaux sociaux notamment, nous mettons en avant des profils de femmes militaires « normales ». Une démarche différente de celle de l’institution qui met en exergue les « premières » : première femme générale, première femme à la tête de l’École de l’Air… Cette communication sur les « premières » ne fait que souligner le retard des armées en matière de parité. Notre association, créée en 2016, tient plutôt à montrer qu’une femme n’a pas besoin d’être exceptionnelle pour entrer dans l’armée.

Quelles autres actions menez-vous ?
M.B. Nous organisons ou participons à des conférences autour des questions de genres, d’égalité, de parité et de mixité. Nous sommes par ailleurs associés au réseau 2GAP [Gender & Governance Action Platform] avec lequel nous avons organisé les premières Assises des réseaux professionnels féminins et mixtes le 7 mars dernier. Enfin, nous intervenons lors de manifestations officielles, comme lors de la panthéonisation de Joséphine Baker le 30 novembre 2021, ou participons à des évènements de sensibilisation, tel que le 8 mars dernier pour ranimer la flamme du soldat inconnu.
 

On mesure le chemin qu'il reste à parcourir
Marion Buchet Présidente de l’Af1D2

Comment accompagnez-vous les femmes engagées ?
M.B. L’association a mis en place un programme de mentoring d’une durée de six mois, deux fois par an donc. Nous avons ainsi une dizaine de binômes (mentor.e/mentoré.e) auxquels participent également des hommes. Nous organisons aussi toute l’année des sessions de coaching pour les femmes et les hommes du ministère. Enfin, nous sponsorisons des équipes mixtes lors de compétitions sportives.

Quels sont les plafonds de verre qui restent à briser au sein de l’armée ?
M.B. La ministre Florence Parly a mené un travail utile dans ce domaine, notamment à travers le Plan Mixité du ministère des Armées. Mais quand on voit qu’il a fallu attendre 2022 pour voir la première femme nommer générale 5 étoiles, on mesure le chemin qu'il reste à parcourir. Sur la question de l’intégration des femmes dans l’armée et de leurs nominations à des grades élevés, on nous renvoie souvent au manque de vivier. Mais ce problème pose en fait la question de l’accueil que réserve l’institution à certaines catégories de la population. Plus largement encore, elle pose la question de l’attentisme de l’ensemble de la société dans ce domaine. Il y a un gros travail d’orientation à mener. Il faut aussi briser les croyances autolimitantes et favoriser la mise en avant de modèles de femmes de tous les jours engagées dans l’armée.

Finalement, quel regard portez-vous sur la féminisation des armées et l’égalité professionnelle ?
M.B. Le changement est en cours, c’est certain. Mais on ne peut pas se satisfaire de la situation actuelle. Une fraction de responsables dans l’armée est toujours réfractaire ou, tout du moins, peu sensibilisée à ces sujets. On observe encore certains préjugés comme le fait de vouloir davantage expliquer une situation ou un problème à une femme qu’à un homme, la première pâtissant d’une présomption d’incompétence. Finalement, mon vœu le plus cher serait de voir l’association disparaître signifiant que le problème de la parité n’en serait plus un.
 

Biographie : Marion Buchet

                                                                                         Photo-Buchet, Marion-Af1D2.jpg

  • 2022: Public and International Affairs - Cybersecurity chez Tehtris
  • 2021: Membre du conseil d’administration - Risk Committee de Carac
  • 2021: EMBA à la NYU Stern School of Business, à The London School of Economics and Political Science (LSE) et à HEC Paris. École Polytechnique Executive Education (Sécurité des systèmes d’information)
  • 2001-2022: Pilote de chasse dans l’Armée de l’Air (Pilote et instructeur sur Mirage F1, Alphajet et Mirage 2000D)
  • 2013: Master de psychologie (Université de Toulouse)
     
Chiffres clés
  • 16,3 % des militaires sont des femmes
  • 16,5 % des officiers sont des femmes, 18,4 % des sous-officiers et 13,5 % des militaires du rang
  • 61,8 % des femmes militaires travaillent pour le Service de santé des armées (SSA)
  • 23 % dans l'armée de l’Air
  • 15,2 % dans la Marine
  • 11 % dans l'armée de Terre

(Source : Bilan social 2020 – ministère des Armées)
 

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Brisach - France - 1 May 2018 - french gendarmerie patrol in lily of the valley party in the street
Comment varie le salaire des gendarmes ?

Le montant du salaire des gendarmes est fixé en fonction des grilles indiciaires de la fonction publique d’État. Il varie selon les différents indices bruts et majorés, mais aussi le type d’échelon et le nombre d’années d’ancienneté. Explications.

Lire la suite
Un militaire un gendarme et une policière en uniforme
Équipements militaires : uniforme, accessoires et achat

Les militaires, gendarmes et policiers achètent sur leurs deniers personnels une partie de leur matériel professionnel. Selon une étude de l’Assemblée nationale*, un soldat de l’Armée française dépense en moyenne 400 euros par an pour son équipement militaire. Quels sont les équipements nécessaires aux militaires ? Où se fournir ? Comment s’équiper au meilleur prix ?

Lire la suite