L’hôpital d’Alès-Cévennes, le seul établissement de santé français véritablement durable !

L’hôpital d’Alès-Cévennes, le seul établissement de santé français véritablement durable !

Plusieurs établissements de santé ont adopté une démarche Haute qualité environnementale (HQE), mais seul l’hôpital d’Alès-Cévennes, qui fut le pionnier, a atteint les 14 critères exigés par le référentiel. François Mourgues, son directeur à l’époque et actuellement administrateur ANS-GMF, revient sur cette réalisation dont il est à l’initiative.

Qu’est-ce qui vous a amené à entamer une démarche HQE ?
Un établissement de santé est à la fois un très gros consommateur d’énergie, un important producteur de déchets et une source de risques environnementaux. C’est assez paradoxal pour un lieu dont la santé, directement et indirectement impactée par l’environnement, est au cœur des préoccupations ! Lors de la construction de l’hôpital d’Alès-Cévennes, nous avons donc considéré que notre devoir était de bâtir un établissement intelligent d’un point de vue écologique et pertinent d’un point de vue économique.

En quoi consiste l’« écoconception des soins » ?
Cela impose d’étudier tous les soins et les actes réalisés à l’hôpital sous le prisme de leur entropie - autrement dit leur consommation d’énergie -, de leur production de déchets et de leur impact sur l’environnement.
Nous avons choisi de répondre aux 14 critères imposés par le référentiel HQE, auxquels nous en avons ajouté 4 autres spécifiques au secteur de la santé : évolutivité ; démarche qualité ; convivialité, intimité, bien-être de la personne  et pédagogie. Mais il faut être réaliste, il est impossible d’être ultra performant sur chacun des critères car l’amélioration des uns entraîne parfois la dégradation des autres…
Sans revoir notre ambition à la baisse, nous avons donc privilégié certains éléments, comme la gestion de l’énergie : rien de révolutionnaire sur le plan technologique, mais une succession de choix architecturaux et techniques pertinents. Le bâtiment, par exemple, est positionné pour ne pas être exposé aux vents dominants ; il est équipé de panneaux solaires et dispose d’une chaufferie qui fonctionne avec du bois local issu des Cévennes. Dans les salles de bain des patients, des petits réchauffeurs permettent la production instantanée d’eau chaude et évitent ainsi le gaspillage ; exit convecteurs et climatiseurs - vecteurs de germes - l’hôpital dispose de plafonds actifs et de structures brise-soleil qui assurent une température constante comprise entre 22 et 26°C.
 

Le bien-être des patients était au cœur de nos préoccupations
François Mourgues Ancien directeur de l'Hôpital d'Alès-Cévennes et administrateur ANS-GMF

Et les patients dans tout cela ?
Le bien-être des patients était au cœur de nos préoccupations lorsque nous nous sommes engagés dans cette démarche de développement durable. Leur confort n’a pas été sacrifié, au contraire ! En installant des plafonds actifs, par exemple, la superficie des chambres a été agrandie, le confort hygrothermique amélioré et l’air assaini. Le matériel de l’ensemble du bâtiment a été choisi pour absorber les sons et offrir un confort acoustique à l’ensemble des occupants et du personnel. Toutes les peintures utilisées devaient répondre à des normes très strictes et ne contenir aucun produit potentiellement cancérigène. L’intimité fait partie des 4 critères que nous avons rajoutés au référentiel HQE. Pour y répondre, nous avons, par exemple, fait en sorte que l’oculus, qui permet aux soignants de jeter un œil dans la salle de bain du patient afin de s’assurer qu’il va bien, soit positionné selon un angle qui permet de ne voir que ses jambes.

Un tel établissement est-il rentable ?
Sa réalisation a engendré un surcoût de 4 %, mais pour une durabilité accrue de 30 %. Finalement, il s’avèrera donc très rentable !
 

L’Hôpital d’instruction des armées (HIA) Sainte-Anne reçoit le 5ème prix Hélioscope-GMF 2022

L’Hôpital d’instruction des armées (HIA) Sainte-Anne (Toulon) figure parmi les lauréats de la 24ème édition du Prix Hélioscope-GMF 2022. Créé par GMF et la Fondation des Hôpitaux, ce Prix récompense six initiatives d’établissements hospitaliers et de leurs équipes au service des patients et de leurs proches.
Le jury a attribué le 5ème prix (d’une valeur de 1 500 euros) à l’HIA pour la démarche responsable dans laquelle il s’est engagé au travers de trois projets : un service de conciergerie pour les patients, leurs proches et le personnel de l’hôpital ; une filière alimentaire écoresponsable qui permet de trier les déchets et récupérer ceux pouvant servir d’engrais aux jardins de la commune ; et enfin l’amélioration du parcours de soins, particulièrement en oncologie, pour gagner en efficacité, en sérénité et augmenter les chances de survie des patients.

Découvrez le lauréat en vidéo

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Jours de RTT notés sur un agenda
Fonction publique hospitalière : les RTT en 4 questions ?

Vous effectuez des heures supplémentaires mais vous vous posez des questions sur les RTT dans la fonction publique hospitalière. Y avez-vous droit ? Dans quelles conditions ? Pouvez-vous faire autant d’heures supplémentaires que vous le souhaitez ? Combien de jours pouvez-vous récupérer ? Nous vous disons tout sur la réduction du temps de travail !

Lire la suite