Je me protège du bruit

« De nombreux enseignants souffrent d’acouphènes » explique Didier Bouccara, ORL, secrétaire général adjoint de l’association JNA (Journée Nationale de l’Audition). On parle alors d’effets auditifs du bruit.  Les effets extra-auditifs du bruit sont liés au stress et à la fatigue qu’il génère. Si le stress lié au bruit est assez difficile à prendre en charge, quelques bons réflexes préviendront la fatigue cognitive qui en découle... 

Close-Up of The Ear of a Young Girl.

Le stress lié au bruit apparaît lorsque l’organisme n’est plus en mesure de supporter une situation bruyante. Il devient alors incapable de répondre de façon adaptée et ses systèmes de défense deviennent inefficaces. Résultat : les changements métaboliques entraînés par ce stress chronique augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’anxiété et de dépression. Ils peuvent aussi causer des troubles du sommeil, de l’attention et engendrer une baisse des capacités cognitives. Tout le monde ne réagit cependant pas de la même façon au bruit : il existe en effet une très grande variabilité de la sensibilité selon les individus (vécu, sexe, personnalité...) et le contexte (côté répétitif, attente d’une écoute des élèves en classe...). Vous pouvez être particulièrement sensible aux sonneries signalant la fin des cours, dont le côté répétitif occasionne un stress chronique ; parfois, c’est le déclenchement de l’alarme incendie, parce qu’il évoque un danger ou réactive des peurs anciennes qui engendre un traumatisme sonore.

Les signes à repérer

L’organisation Mondiale de la Santé préconise un niveau sonore maximum de 35 dB dans les classes ; niveau souvent dépassé... D’ailleurs, pour 78 % des enseignants, la situation la plus stressante en classe, avant les effectifs et l’indiscipline, c’est... le bruit ! « Après 6 heures de cours, il n’est pas rare que j’ai les oreilles qui bourdonnent » explique Bruno Duperrin, enseignant en 3ème.
Le stress lié au bruit peut se manifester par des symptômes auditifs mais aussi extra-auditifs : 

  • Les effets auditifs du bruit sont plutôt dus à des niveaux sonores élevés, qu’ils soient ponctuels ou répétés. Vous pouvez ainsi souffrir :
    • D’acouphènes : vous avez l’impression d’avoir du coton dans les oreilles ou bien vous entendez des sifflements ou des bourdonnements, de façon intermittente ou continue ;
    • D’hyperacousie : vous êtes hypersensible aux bruits, même les plus légers vous paraissent désagréables voire douloureux ;
    • D’une perte auditive : vous avez du mal à comprendre ce que l’on vous dit lorsque vous vous trouvez dans un endroit bruyant.
  • Les effets extra-auditifs du bruit sont essentiellement liés au stress et à la fatigue (vocale, physique et morale) qu’il génère : plus nerveux, parfois agressif, vous pouvez souffrir de troubles de l’humeur, de troubles de l’attention, de troubles du sommeil, d’anxiété, voire de dépression. 
     

Les conduites à tenir

« Le stress lié au bruit peut avoir des répercussions très graves, qu’il faut prévenir sans tarder ». Didier Bouccara, ORL, secrétaire général adjoint de l’association JNA.

La manifestation d’un stress lié au bruit doit conduire à une consultation médicale pour identifier la cause et bénéficier d’une prise en charge adaptée. 
Si vous souffrez d’acouphènes, votre médecin traitant vous orientera vers un médecin ORL pour un bilan spécialisé. Ce spécialiste vérifiera s’il y a une atteinte auditive et la nature de celle-ci, et vous délivrera le traitement le plus approprié.
Le stress lié au bruit est assez difficile à prendre en charge. Mais en adoptant quelques bons réflexes, vous pouvez prévenir la fatigue cognitive qui en découle :

  • Pratiquez une activité physique de façon régulière, cela diminuera votre sensation de fatigue et aura des effets positifs au niveau mental ;
  • Si vous le pouvez, octroyez-vous des moments de calme pendant la journée ; le soir, bannissez les écrans et privilégiez des activités calmes ;
  • Essayez d’avoir une alimentation équilibrée, pauvre en sucres et en matières grasses, et riche en fruits et légumes. Les oléagineux (noix, amandes, noisettes), sources de magnésium aux vertus anti-stress, constituent d’excellents en-cas.
     

Les bons réflexes au quotidien

La première chose à faire pour baisser le niveau sonore en classe est de sensibiliser les élèves au bruit, celui qu’ils génèrent mais aussi celui qu’ils subissent. Le meilleur moyen pour cela est de leur en faire prendre conscience grâce à des sonomètres qui mesurent le volume sonore (il en existe en ligne, simples et gratuits). Dans un second temps, vous pouvez leur demander de contribuer au bien-être auditif de tous : pour les petits, l’affichage d’un code couleur ou d’une signalétique indiquant le niveau acceptable à tel moment est assez efficace (Rouge - je ne parle pas/Orange - je peux chuchoter/Vert - Je parle à voix basse/Blanc - Je demande la parole). A adapter pour les plus grands.
En ce qui concerne les écoles maternelles et élémentaires, vous pouvez aussi, si le budget de l’établissement le permet, essayer d’insonoriser la salle de classe. Voici différentes astuces :

  • Posez des voilages aux fenêtres ;
  • Suspendez au plafond des cubes en carton, en mousse ou en feutrine ;
  • Enfilez des balles de tennis que vous aurez percées aux pieds des chaises et des tables afin d’amortir les chocs et ainsi éviter le bruit engendré par leur déplacement.
     

ampoule-gmf.png
Chiffres clés

  • 32 % des enseignants souffrent de troubles de l’audition.
  • Les enseignants de maternelle ont un risque deux fois plus élevé de fatigue auditive liée au bruit que ceux qui travaillent dans un environnement dans un indice de bruit similaire. 
  • 7 à 9 % des arrêts maladie des enseignants sont dus au stress au bruit selon des études suédoises.

 

Nathalie en tant que personnel de l'enseignement est accompagnée par GMF

GMF vous accompagne dans l'exercice de votre fonction

En tant que personnels de l'enseignement, vous méritez une attention particulière. Vous avez choisi de mettre votre vie au service des citoyens, il est indispensable que vous soyez protégé par quelqu’un qui vous connaît bien. Avec la GMF, découvrez nos offres d'assurances enseignant adaptées à votre vie personnelle et professionnelle.

Découvrez vos offres dédiées

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser