Nouvelles méthodes pédagogiques : une quête de sens

Nouvelles méthodes pédagogiques : une quête de sens

Redonner du sens dans les apprentissages. Tel est l’objectif des professeurs qui mettent en place de nouvelles méthodes pédagogiques dans leurs classes. Ils souhaitent, en effet, sortir de la pédagogie traditionnelle où le professeur délivre un savoir à destination d’élèves passifs. Pour motiver les enfants et les rendre acteurs de leurs apprentissages, ils utilisent différents outils, souvent liés aux nouvelles technologies. Minecraft, Twitter, classe inversée, pédagogies actives comme Montessori et Freinet… Ce sont autant de pistes pour aborder l’enseignement autrement.

Minecraft : le jeu vidéo au service des mathématiques

Les nouvelles méthodes pédagogiques s’appuient notamment sur les jeux vidéo. Par exemple, le professeur de technologie, Stéphane Cloâtre, a souhaité proposer des problèmes concrets à ses élèves pour les motiver dans leur apprentissage. Il a utilisé le jeu vidéo de construction Minecraft pour leur permettre d’exploiter leurs connaissances mathématiques. Ainsi, les élèves ont été amenés à construire virtuellement des bâtiments, des monuments, et même une cité médiévale. Pour cela, ils ont utilisé des notions comme le calcul d’échelles et de volumes.

Twictée : une dictée moderne

Développée en 2013, la Twictée est maintenant utilisée par plus de 500 classes, en France et à l’étranger. Cette dictée interactive et collaborative est réalisée avec le réseau social Twitter. À l’aide d’un langage commun (les « dictobalises »), plusieurs classes travaillent ensemble et se corrigent mutuellement les dictées. Pour la correction, les élèves correcteurs rédigent des Twoutils, règles orthographiques courtes, qu’ils envoient via Twitter aux autres élèves. Ce concept permet aux enfants de travailler non seulement l’orthographe et la grammaire, mais aussi le vocabulaire et l’expression écrite.

La classe inversée comme nouvelle méthode pédagogique

La classe inversée, nouvelle méthode d'enseignement, est utilisée par Romain Chavière, professeur de physique-chimie, avec ses élèves de lycée. Avec ce concept, les leçons n’ont pas lieu en classe mais à la maison. Avant de venir en cours, les élèves visionnent, en effet, une courte vidéo sur la notion à travailler et répondent à un questionnaire.

Le temps de classe est, quant à lui, consacré aux exercices d’entraînement réalisés en groupes de 4 à 5 élèves. Chacun ayant un rôle prédéfini, les élèves s’entraident. Le professeur n’intervient que s’il est sollicité et/ou si un ou plusieurs élèves se trouvent en difficulté.

Les pédagogies actives Montessori et Freinet

Les nouvelles méthodes pédagogies Montessori et Freinet, bien que développées au début du XXème siècle, sont très prisées par les enseignants depuis quelques années. Elles ont pour approche commune de laisser l’enfant guider ses propres apprentissages, mais elles diffèrent sur leurs modes de fonctionnement.

La pédagogie Montessori s’appuie sur un matériel scientifique permettant d’aborder les notions importantes à connaître en français, mathématiques, sciences, etc. Quant à la pédagogie Freinet, elle valorise les productions libres de l’enfant (dessins, écriture…).

Ces deux méthodes sont toutes deux basées sur l’écoute de l’enfant et s’adaptent à son rythme. L'adulte se met toujours en retrait pour laisser l'enfant s'épanouir et n'intervient qu'en cas de réelle nécessité. 

Partagez cet article

Cet article vous a intérressé ?