Petite enfance : comment mieux apprivoiser les écrans ?

Petite enfance : comment mieux apprivoiser les écrans ?

Faut-il craindre ou au contraire espérer de l’utilisation des écrans pour le développement des enfants ? Les effets et les dangers des écrans sur les enfants et les jeunes sont bien réels, les risques d’addiction existent, mais un usage raisonné des outils numériques peut aussi offrir des opportunités éducatives nouvelles.

Les enfants et les écrans : des impacts négatifs avérés

« Les enfants exposés aux écrans le matin avant l'école multiplient leur risque de développer des troubles primaires du langage (non dus à des handicaps ou à des pathologies) ». Ce constat est tiré d’une étude menée par Manon Collet, médecin généraliste et publiée en janvier 2020 sur le site de Santé Publique France.

Sur l’échantillon de 276 enfants âgés de 3,5 à 6,5 ans étudié dans cette enquête, 94,2 % des enfants avaient accès à la télévision, la moitié (53,5 %) à une tablette et un tiers à un ordinateur (32,4 %), une console de jeu (34,9 %) ou un smartphone (30,2 %).

Ces enfants ont été exposés aux écrans pour la première fois à un âge moyen de 12,4 mois. Des chiffres qui témoignent de l’utilisation massive des écrans chez les jeunes enfants en France, où une famille possède en moyenne 9,8 écrans et où 73 % des enfants ont, au moins, un écran personnel.

L’utilisation excessive d’écrans peut avoir de lourdes conséquences sur la santé, le bien-être et l’avenir des enfants. Elle peut agir sur le développement du cerveau et l’apprentissage de compétences fondamentales.

Selon une étude de l'Université de Calgary publiée en janvier 2019, les enfants d'âge préscolaire qui passent trop de temps devant un écran (soit plus d’une heure par jour) font partie de ceux qui présentent des retards et des déficits d'apprentissage à leur entrée à l'école. Les capacités d’attention et de concentration sont également diminuées. Par exemple, les plus âgés se laissent plus facilement divertir par leur téléphone au moment de faire leurs devoirs.

Par ailleurs, dormir avec son téléphone à proximité provoque davantage de troubles du sommeil. L’usage intensif des écrans agit aussi sur le comportement : la relation parents-enfants se détériore, la tendance à grignoter devant un écran accentue le risque d’obésité. La fréquentation régulière des réseaux sociaux, sans participation active, accroît les risques de dépression. Cela peut impacter négativement le développement émotionnel et l’estime de soi de l’enfant.

Comment réagir si un enfant a vu une image qui l'a choqué ?

A la télévision et plus particulièrement sur internet, difficile de contrôler les images auxquelles peuvent être exposés les enfants. Violence, pornographie, des contenus choquants peuvent arriver aux yeux des plus jeunes. 

est important que l’enfant puisse en parler, qu’il soit libre d’exprimer son ressenti. En tant qu’adulte responsable, vous pouvez l’aider à mettre des mots sur ce qui l’a choqué et le rassurer. Vous pourrez ainsi lui expliquer pourquoi certains programmes sont inadaptés à son âge et bien lui faire comprendre l’importance des signalétiques de restriction d’âge.

peut être bon par ailleurs de l’emmener consulter un psychologue pour démêler la situation, notamment s’il a du mal à s’endormir, s’il fait des cauchemars… : il est peut-être profondément perturbé par une image. 

Parents, pensez à installer un filtre de contrôle parental. Ce petit logiciel bloque les sites présentant des contenus réservés aux plus de 18 ans. En général, vous pouvez y ajouter une liste personnalisée de sites dont vous voulez bloquer l’accès.

Les opportunités

La consommation excessive des écrans est nocive. Mais le tableau n’est pas si noir. Les écrans permettent aussi à l’enfant de développer de nombreuses capacités. À l’école, l’outil numérique est un bon moyen d’acquérir des connaissances et des savoir-faire informatiques, mais aussi le moyen de valoriser la créativité des élèves : présentation de leur école sur un site internet, utilisation des smartphones ou consoles pour les faire travailler dans une forme de « colonisation positive des usages », création de « serious game » éducatif (calcul, lecture, sciences…), etc.

L’avantage des supports numériques est aussi d’offrir des outils adaptés à chaque élève, à ses compétences, à son rythme, facilitant l’autoformation et donc l’apprentissage. Un tel usage sera d’autant plus efficace qu’il sera stimulé par un échange, un dialogue, une intervention pédagogique.

En exerçant l’intelligence fluide, rapide et multitâche de l’enfant, l’outil numérique participe, comme le rappelle les neurosciences, à la mise en place d’une pédagogie s’adressant au cortex préfrontal qui régit les fonctions exécutives du cerveau. Finalement, l’utilisation des écrans doit inciter à la vigilance mais ne doit pas être dramatisée.

Enfants et écrans : quelques recommandations

Pour maximiser l’impact positif des outils digitaux, il faut observer quelques consignes : 

  1.  Limitez l’usage dans le temps pour minimiser l’effet des écrans sur le cerveau. Un enfant de classe maternelle doit utiliser au maximum une tablette ou un ordinateur pendant 30 minutes. Pour un enfant de classe primaire, l’utilisation devra être d’une heure maximum. 
  2. Jouez sur l’interactivité. Utilisez la tablette comme un support pour apprendre aux tout petits à manipuler des cubes, des jouets, etc. 
  3. Lorsqu’ils grandissent, dès l’école primaire, éduquez les élèves aux dangers des écrans sur les jeunes. Apprenez-leur à faire des recherches via des moteurs sécurisés, à chercher des sources fiables et à ne pas dialoguer avec des inconnus. 

Petite enfance : comment apprivoiser les écrans ?

Garantie appareils nomades

 

Avec la garantie appareil nomade, vos écrans sont protégés contre le vol et les dommages accidentels.

Pour 7 € TTC/ mois, vous pouvez assurer les différents équipements mobiles de votre foyer.

FAIRE UN DEVIS ASSURANCE HABITATION

 

 

Liens utiles

GMF accompagne les enseignants dans leur démarche éducative en leur fournissant des outils de prévention et des ressources pédagogiques en lien avec les programmes du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Découvrez nos outils : 

Nathalie en tant que personnel de l'enseignement est accompagnée par GMF

GMF vous accompagne dans l'exercice de votre fonction

En tant que personnels de l'enseignement, vous méritez une attention particulière. Vous avez choisi de mettre votre vie au service des citoyens, il est indispensable que vous soyez protégé par quelqu’un qui vous connaît bien. Avec la GMF, découvrez nos offres d'assurances enseignant adaptées à votre vie personnelle et professionnelle.

Découvrez vos offres dédiées

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

utilisation-ecran-apprentissage
Pour ou contre l’utilisation des écrans dans les méthodes d’apprentissage à l’école ?

Les écrans numériques prennent de plus en plus de place dans l’enseignement et dans la vie des jeunes élèves. Faut-il s’en réjouir dans la perspective d’un apprentissage plus ludique, plus interactif et plus intuitif ? Faut-il au contraire s’en inquiéter tant pour les capacités cognitives des enfants que pour leur santé ? Les avis d’Isabelle Feroc-Dumez, enseignante - chercheure à l’Université de Poitiers et directrice scientifique du Clemi et d’Elsie Russier, professeure documentaliste.

Lire la suite
Serge Tisseron : « Limitons le temps passé des enfants devant leurs écrans »
Serge Tisseron : « Limitons le temps passé des enfants devant leurs écrans »

Oui, il existe une corrélation confirmée en France par l’étude Elfe pour les enfants avant 3 ans. À cet âge, plus les enfants passent de temps devant les écrans et moins ils en ont pour les jeux créatifs et les activités interactives fondamentales. Il en résulte des insuffisances dans les domaines des compétences sociales, du langage, de l’attention, de la concentration et des capacités motrices.

Lire la suite