En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies

Votre âge n’est pas un frein pour votre conduite mais quelques précautions s’imposent

Publié le 01/07/2016

Votre âge ne vous rend pas nécessairement plus dangereux puisqu’au contraire, vous êtes un conducteur expérimenté et souvent émérite.Toutefois, vous avez peut-être constaté qu’avec le temps, certaines de vos aptitudes physiques ont tendance à décroître. Ces diverses diminutions peuvent altérer et perturber votre conduite.

vos-reflexes-sont-un-peu-plus-lo

 

Vos réflexes sont un peu plus longs et les manœuvres parfois délicates ?

Si vous le pouvez, optez pour un véhicule plus facile à conduire, au confort optimal et suréquipé, par exemple, d’une boîte de vitesses automatique, d’une direction assistée, d’un réglage électrique des rétroviseurs voire d’un dispositif d’aide au stationnement.

Par ailleurs, si vous le pouvez, évitez le plus possible, les situations qui exigent des réactions rapides, et plus précisément les axes routiers comportant de nombreux giratoires, des carrefours en T, en croix…

De façon générale, évitez si possible les heures à forte fréquentation ainsi que les jours de grands départs.

Préparez à l’avance vos itinéraires routiers et privilégiez les jours et horaires où la circulation sera plus fluide. Vous vous épargnerez ainsi la tension liée aux embouteillages.

Nul besoin de rappeler également que, sur la route, il est nécessaire de laisser une distance importante entre vous et la voiture qui vous précède.

Etes-vous bien suivi pour votre vue et votre audition ?

Avec les années, la vision de près ou de loin baisse, vous ressentez sans doute une altération de la perception de la luminosité, des contrastes et des couleurs et plus globalement, un rétrécissement du champ visuel.

Tout cela est parfaitement normal et peut être corrigé à la suite d’un rendez-vous avec un ophtalmologiste qui vous prescrira des lunettes afin de corriger une partie de ces troubles visuels.

Mais, si possible, évitez de conduire la nuit et, choisissez un véhicule offrant une assise plus haute afin que votre champ visuel soit meilleur. Un modèle, avec une grande surface vitrée, vous permettra de diminuer les angles morts et augmentera encore plus votre visibilité.

La prise de certains médicaments ne risque-t-elle pas d’interférer avec la conduite ?

Certaines substances médicamenteuses peuvent se révéler incompatibles avec la conduite, notamment parce qu’elles entraînent une somnolence, une baisse de la vigilance, des troubles visuels, des vertiges, des étourdissements, ou bien une diminution des réflexes.

Pour dissiper tout doute, demandez conseil à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.

De façon générale, prenez la route lorsque vous êtes bien reposé. Sinon, préférez le train pour profiter pleinement et sereinement de votre voyage.

Pour retrouver ces conseils et bien d’autres encore, consultez notre guide GMF.

Consulter le guide "Bien vivre en toute sérénité"

Cet article vous a été utile ?

Ces conseils peuvent vous intéresser

Je suis Agent du Service Public