De Cadet à Gardien de la paix, une formation immersive et attrayante

cadets-police

La formation des Cadets de la République offre la possibilité à des jeunes entre 18 et 29 ans de devenir policier, sans condition de diplôme. Quels sont les critères d’admission ? En quoi consiste la formation ? Et quels sont les débouchés ? Échanges avec Jérôme Ponty, Major de Police et Chef d’unité pédagogique de l’école nationale de Police de Rouen-Oissel, et Raphaël, Cadet de la République depuis septembre 2022.

La motivation comme moteur

Quelles sont les conditions et les qualités attendues pour devenir Cadet de la République ?

Jérôme Ponty. La principale qualité est la motivation. Ensuite, le ou la candidat(e) doit être de nationalité française, avoir un casier vierge et être âgé(e) d’au moins 18 ans au 1er septembre du début de scolarité. Il n’y a aucune condition de diplôme.

 

Raphaël, pourquoi avoir choisi de devenir Cadet de la République ?

Raphaël. J’ai d’abord fait un bac pro Métiers de la sécurité. La suite logique était de devenir Cadet de la République pour préparer de manière solide le concours de Gardien de la paix. Cette formation a été une évidence pour apprendre le métier et poursuivre ma carrière dans la police. D’ailleurs, je suis lauréat du concours Gardien de la Paix en externe depuis cette année, grâce à la préparation pendant ma scolarité de Cadet.
 

un bon moyen d’emmagasiner de l’expérience sur la voie publique
Raphaël Cadet de la République
Les chiffres clés

Les Cadets de la République en quelques chiffres

  • 60 % de taux de réussite au concours de Gardien de la paix dès la première année
  • 12 mois de formation dont 7 en école de police, 3 en lycée professionnel (à Oissel, les professeurs dispensent leurs cours sur site) et 2 en services actifs
  • 552,15 euros nets par mois de rémunération pendant la formation et 1 526 euros nets par mois en tant que policier adjoint (en Île-de-France)


Source : devenirpolicier.fr, « Cadet de la République », 2023
 

Une formation complète

En quoi consistent les épreuves d’admission ?

J.P. Il y a tout d’abord des épreuves sportives, dont un test d’endurance cardio-respiratoire (TECR), aussi appelé « test Luc Léger », et un test de résistance musculaire en isométrie qui consiste à tenir en position de planche pendant un certain temps. Ensuite, les candidats réalisent un test écrit dont l’objectif est de décrire une photo en quelques lignes, avant de passer un test psychologique, puis un oral devant une commission. À l’issue de cette série d’épreuves, le Cadet doit effectuer une visite médicale pour vérifier son aptitude physique. Il fait également l’objet d’une enquête de moralité afin de s’assurer que son casier est vierge.

 

Comment se déroule la formation ?

J.P. La formation des Cadets de la République est organisée en partenariat avec la mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) du ministère de l’Éducation nationale. Une fois la candidature validée, le Cadet signe un contrat d’engagement de trois ans, renouvelable une fois, au cours duquel il sera rémunéré.
Sur ces trois ans, la formation dure un an. Elle vise à préparer les Cadets au concours de Gardien de la paix en alternant entre 28 semaines en école de Police pour apprendre les bases du métier (code de déontologie, entraînement au tir, techniques d’intervention…) et 12 semaines de remise à niveau scolaire avec des professeurs de l’Éducation nationale. À cela s’ajoutent 7 semaines de stages réparties sur trois périodes dans l’année. Ces expériences sont l’occasion de mettre en pratique les apprentissages de la scolarité et de se confronter à la réalité du terrain, sur la voie publique ou en commissariat.

 

Quels sont les débouchés à la suite de l’année de formation ?

J.P. À l’issue de la formation initiale, le Cadet devient automatiquement policier adjoint. Il est rattaché à un titulaire pour les deux années suivantes. En parallèle, il peut présenter le concours interne de Gardien de la paix. À l’école de Police de Oissel, nous avons une particularité : certains Cadets sont titulaires du bac et peuvent prétendre au concours de Gardien de la paix en externe pendant la scolarité.
 

Une des plus-values de la formation est la possibilité de découvrir l’envers du décor du métier de policier
Jérôme Ponty Major de Police et Chef d’unité pédagogique de l’école nationale de Police de Rouen-Oissel

Découvrir l'envers du décors

Raphaël, que vous a apporté cette formation ?

R. J’ai renforcé mes connaissances sur le métier de policier pour aborder sereinement le concours de Gardien de la paix. Les stages m’ont également permis de découvrir les coulisses et de me familiariser avec le terrain. J’ai aussi eu la chance de participer à la sécurisation d’événements prestigieux comme la course cycliste Paris-Nice et l’Armada 2023 de Rouen. C’est un bon moyen d’emmagasiner de l’expérience sur la voie publique et de préparer mon avenir professionnel au sein de la police.
J.P. Comme l’explique Raphaël, une des plus-values de la formation est la possibilité de découvrir l’envers du décor du métier de policier. Par exemple, lors d’exercices de simulation, les élèves peuvent « jouer le rôle » du plastron (faux suspect, ndrl) et ainsi apprendre tous les rouages, ce qu’il faut faire et ne pas faire en termes de sécurité pendant les interventions.

 

Quel conseil donneriez-vous à un futur Cadet ?

R. De se préparer physiquement avant de commencer la formation ! Nous faisons beaucoup de sport à l’école et il ne faut pas être à la traîne. Je lui conseillerais aussi de commencer à apprendre les bases du métier de policier, par exemple les grades, les directions, etc.
J.P. À ce propos, nous proposons chaque année un e-learning que nous envoyons l’été aux candidats retenus afin qu’ils puissent réviser quelques fondamentaux avant la rentrée.
 

La police nationale recrute ses futurs cadets de la République.

Vous avez entre 18 et moins de 30 ans, vous êtes sans diplôme et cherchez à construire votre projet professionnel ? Rejoignez la police nationale !
Devenir cadet, c’est bénéficier :

  • d’une formation professionnelle d’un an en alternance entre école de police, lycée professionnel et stages en services de police ;
  • d’une allocation d’études pendant toute la durée de la formation (552,15 € nets/mois) ;
  • d’un emploi garanti de policier adjoint en fin de formation (contrat de 3 ans renouvelable 1 fois), dans le département de votre choix (rémunération nette de 1 526 €/mois en Île-de-France).
  • de la possibilité de vous présenter au concours interne de gardien de la Paix qui vous est réservé et pour lequel vous aurez été préparés et entraînés.

Inscrivez-vous en ligne ou par voie postale jusqu’au 31 mars 2024.

Candidatez

 

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1