Les étapes du deuil

Le deuil

Dernière mise à jour le 12/08/2019Note 3,5 (6 avis)

Dans le même dossier :

Accepter le départ d'un proche prend du temps. Surtout quand on n'y était pas préparé. Du déni à l'acceptation, comment faire son deuil ?

Quel est le processus du deuil ? Comment accepter le départ d'un être cher ? Et peut-on s'y préparer ? Avoir conscience des différentes phase à traverser, c'est sans doute, un peu, faciliter ce processus lent mais essentiel à l'acceptation.

Dans son travail de psychiatre avec les patients en fin de vie, Elisabeth Kübler-Ross a noté au fil de ses années d’observation que les personnes impliquées passaient régulièrement par cinq étapes : le déni, la colère, la ""négociation"", la réflexion, puis, enfin, l’acceptation.

Le déni est en effet bien souvent la première réaction pour beaucoup. Face à un décès ou une annonce particulièrement triste, notre premier instinct va être de vouloir croire que la réalité est autre. ""Ce n’est pas possible, ils ont dû se tromper"", voudra-t-on croire.

Accepter la perspective de l'avenir

Une fois que la nouvelle est pleinement intégrée et que la personne accepte que la réalité ne peut être niée, vient souvent ensuite le rejet de cette information, qui se manifestera par une révolte sous différentes formes, à l’égard des personnes porteuses de la nouvelle, de Dieu, pour les croyants, du défunt lui-même, voire à l’égard de soi-même.

Cette colère une fois exprimée, peut venir une étape de marchandage avec la réalité, dans laquelle l’individu va s’efforcer de ""négocier un arrangement"", par exemple en se promettant de changer de style de vie si la situation s’améliore. Cette négociation ne pouvant réussir, s’ensuit une phase de dépression. Lors de cette phase, la personne peut devenir silencieuse, refuser de s’entourer de soutien et se replier sur elle-même.

Une assurance décès pour préserver vos proches ?

GMF vous aide à trouver la solution selon vos besoins et votre budget.

Faire une simulation

Dans la dernière étape, les personnes acceptent la perspective de l’avenir à laquelle elles ne peuvent échapper, accueillant sereinement l'idée de la mort.

Ce processus ne peut être accéléré. Certaines phases se mélangeront à d’autres, ou seront plus courtes suivant les personnes. Ce qui est toutefois certain, c’est que ce processus est en soi essentiel et qu’il est important de ne pas l’alourdir par des complications inutiles.

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1