Pauline Champion : « Être jeune sapeur-pompier, c’est être acteur de sa vie, se sentir utile »

Jeunes sapeurs-pompiers

Quelque 30 000 filles et garçons entre 11 et 18 ans suivent une formation tout au long de l’année scolaire pour devenir Jeunes sapeurs-pompiers (JSP). Lycéenne dans les Yvelines, Pauline Champion, 18 ans, qui passe ses examens finaux cette année, nous parle de sa vocation.

Comment avez-vous connu les Jeunes Sapeurs-Pompiers ? 

Quand j’étais plus jeune, je rêvais d’être militaire. Mais mes parents n’y étaient pas favorables. Ils m’ont proposé en 5ème de m’orienter plutôt vers les sapeurs-pompiers. Cela me paraissait inaccessible. Mais l’idée de rester dans un bureau à taper sur un clavier et ne rien faire d’autre m’a poussé à franchir le pas. J’ai donc passé les tests en juin 2018 en fin de 3ème. Je les ai réussis et je finis là ma 4ème année de JSP. 

 

Qu’est-ce qui vous motive et vous intéresse dans cette formation ?

J’aime beaucoup m’occuper des autres. La volonté aussi d’entrer rapidement dans la vie active m’a motivée car la formation de JSP vous fait gagner très vite en maturité. En tant que JSP4 [4ème année de formation], vous êtes considéré comme un adulte. Ça change du lycée… Je me retrouve aussi beaucoup dans l’esprit de cohésion de la caserne, c’est comme une seconde famille où la notion de confiance est essentielle. 
 

 

J'aime beaucoup m'occuper des autres
Pauline Champion

Comment agissez-vous auprès de votre entourage ou dans votre lycée pour faire connaître la mission des sapeurs-pompiers ?

J’essaie d’organiser des activités sur le métier de sapeurs-pompiers. Mais avec les études, c’est compliqué. En revanche, j’en parle beaucoup autour de moi. Je me bats contre certaines idées reçues comme la supposée différence entre pompiers volontaires et pompiers professionnels : en fait, ils font tous le même travail et ils le font ensemble.

 

Que diriez-vous à des jeunes pour les inciter à s’engager chez les JSP ?

Il faut prendre la chose au sérieux. Cela demande un engagement à part entière et sur le long terme. Pour ma part, cela n’a pas été trop difficile car j’ai l’habitude de mener des activités dans la durée comme la chorale ou les scouts. La 1ère année peut paraître difficile car il faut concilier les cours théoriques avec l’entraînement physique et la capacité à se responsabiliser et à s’organiser. Ça n’a rien à voir avec une activité de foot ou de danse… Mais l’esprit de cohésion du groupe est très motivant et c’est une manière aussi d’être acteur de sa vie, de se sentir utile. 

 

Souhaitez-vous devenir sapeur-pompier plus tard ?

Oui. Je vais faire des études en psychologie, en art ou dans le sport, je ne sais pas encore. Mais ensuite je vais passer les grades de caporal et caporal-chef pour faire plusieurs années en tant que pompier-volontaire. Mon but est de devenir pompier professionnel à Versailles ou pompier de Paris.  
 

 

Comment devenir Jeune Sapeur-Pompier ?

Modalités :

  • Être âgé de 11 à 18 ans, fournir un certificat médical d'aptitude physique, un certificat de vaccination antitétanique et une autorisation parentale 
  • L'inscription se fait à la rentrée scolaire auprès de l'union départementale de sapeurs-pompiers de son lieu de résidence

Formation :

  • Quatre cycles de formation : JSP1, JSP2, JSP3 et JSP4
  • Les mercredis et/ou samedis.
  • Cours théoriques et pratiques de sport et d’initiation 
  • Cinq modules : Prompt secours, Lutte contre les incendies, Protection des biens et de l’environnement, Engagement citoyen et acteurs de la sécurité civile, Activités physiques et sportives
  • Les sports pratiqués : exercices d’endurance, grimper de corde, natation, tractions, athlétisme.
     
Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Égalité femmes-hommes : les données chiffrées manquent
Égalité femmes-hommes : les données chiffrées manquent

Grande cause du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, l’égalité entre les femmes et les hommes a-t-elle enregistré des progrès notables ? Membres de l’association Dirigeante et Territoire, Stéphanie Portier, directrice générale déléguée métropole de Montpellier et Nans Mollaret, ancien président de l’ACTAS (Association des cadres territoriaux de l’action sociale) et consultant auprès des collectivités territoriales, dressent leur bilan.

Lire la suite