La chirurgie réfractive, une intervention de routine

Oeil d'une femme scanné avant chirurgie réfractive

Lassé de porter des lunettes de vue ? Vous ne supportez plus vos lentilles de contact ? Avez-vous déjà songé à la chirurgie réfractive ? Que vous soyez myope, hypermétrope, astigmate ou presbyte, cette intervention des yeux au laser permet de corriger ces troubles de la réfraction. À certaines conditions toutefois...

Une chirurgie réfractive de l'œil, qu'est-ce que c'est ?

La chirurgie des yeux au laser, dite réfractive, s’adresse aux personnes ayant un défaut visuel et qui ne souhaitent plus porter de lunettes de vue ou de lentilles de contact pour le compenser. Il existe 4 anomalies optiques de l’œil : 

  • La myopie, qui se caractérise par une vision floue de loin mais nette de près ;
  • L’hypermétropie, qui se traduit par des difficultés à voir de près ;
  • L’astigmatisme, qui empêche de voir correctement les objets, de près comme de loin ;
  • Et enfin la presbytie, qui correspond à une perte naturelle, à partir de 45-50 ans, de la capacité de l’œil à faire la mise au point sur des objets proches.

En agissant sur la forme mais aussi sur l'épaisseur de la cornée, la chirurgie réfractive rectifie le trajet des rayons lumineux et corrige ces troubles de la vision.
 

Quand faire une chirurgie réfractive ?

Longtemps présentée comme l’opération de la myopie légère ou moyenne, la chirurgie réfractive permet désormais de corriger la quasi-totalité des défauts visuels. À condition, toutefois, que ceux-ci soient stabilisés (depuis au moins 2 ans), et de ne présenter aucune contre-indication (maladie oculaire évolutive comme le glaucome, sécheresse oculaire sévère, forme de cornée irrégulière...).

Si vous avez décidé de vous passer de vos lunettes de vue ou de vos lentilles de contact, vous devrez, au préalable, réaliser un bilan ophtalmologique préopératoire complet afin de savoir si vous êtes éligible à la chirurgie réfractive et quelle technique est la mieux adaptée à votre situation.

Quelles sont les techniques de chirurgie réfractive ?

Les chirurgiens ophtalmologues ont le choix entre plusieurs techniques de chirurgie réfractive : 

  • Le LASIK (LASer in situ keratomileusis) : c'est la technique de référence et donc la plus couramment pratiquée. Elle consiste à découper une partie de la cornée à l’aide d’un laser femtoseconde, à sculpter la cornée au laser excimer, puis à replacer le volet cornéen découpé initialement. C'est une technique fiable, précise, mais qui n'est pas indiquée si la cornée est trop fine par exemple. 
  • La PKR (PhotoKératectomie à visée Réfractive) : elle correspond à un remodelage au laser de la surface de la cornée. Cette technique est réalisée lorsque la cornée du patient ne permet pas une opération par LASIK (cornée fine, irrégulière, asymétrique). Pour ces raisons, elle est plutôt réservée aux myopies, aux astigmatismes et aux presbyties faibles.
  • Enfin, la dernière technique mise au point, SMILE (SMall Incision Lenticule Extraction), permet de traiter la myopie sans retirer la couche superficielle de la cornée (PKR) et sans ouvrir la cornée (LASIK).  Cette technique nécessite un équipement spécifique.
     

Quelles sont les suites d’une chirurgie réfractive ?

L'intervention, d’une durée généralement inférieure à 30 minutes, est rendue indolore par l’instillation d’un collyre anesthésiant.

Les suites de l'opération dépendent de la technique.  Dans les premières heures qui suivent l’intervention, les patients peuvent ressentir une sensation de gêne ou de brûlure, avoir les yeux rouges et larmoyants, ou encore une vision floue. Ce sont des réactions banales, qui ne compromettent en rien la réussite de l’intervention. Elles justifient en revanche d’être prévenu et accompagné après l’opération. L'acuité visuelle progresse tous les jours et se stabilise au bout d'un mois.

Le LASIK permet de récupérer une vision nette en 24h, mais il faudra attendre une semaine de cicatrisation pour reprendre les activités sportives. Pour la PKR, les yeux sont plus douloureux pendant trois à quatre jours, justifiant un arrêt de travail et la récupération visuelle plus progressive (compter une semaine). Enfin avec la technique SMILE, la récupération est très rapide en quelques heures et on peut donc reprendre dès le lendemain toutes activités y compris le sport.

Un œil fraîchement opéré reste fragile et doit faire l’objet de soins particuliers : il est conseillé de le protéger du soleil et des projections d’eau, d’éviter de le frotter même s’il démange, et d’attendre plusieurs jours avant d’appliquer des crèmes ou de se maquiller.

En cas de douleurs persistantes, la prise d’antalgiques suffit généralement à les apaiser ; des collyres peuvent également être prescrits pour pallier la sécheresse oculaire (un effet secondaire potentiel de la chirurgie réfractive). 

Même si la chirurgie réfractive est désormais largement éprouvée depuis plus de 30 ans, le résultat ne peut jamais être garanti. Il est très important qu'un bilan préopératoire complet soit effectué pour bien poser l'indication, la bonne technique et anticiper les suites opératoires. 

Il peut arriver d'être ébloui au début par de la lumière vive, notamment en conduite nocturne avec une sensation de halo. Enfin, il peut être recommandé de porter des lunettes de soleil un peu plus fréquemment.
 

Quel est le tarif d'une intervention ?

Le coût d'une intervention dépend de la technique, du/des défauts de vision et est généralement compris entre 1 500 et 3 500 € pour les deux yeux. N'hésitez pas à faire appel au service de devis conseil de Santéclair pour vous aider.

Quelle prise en charge par l’Assurance Maladie ?

Considérée comme une intervention chirurgicale de confort hors nomenclature, la chirurgie réfractive n’est pas prise en charge par l’Assurance maladie. Tous les frais relatifs sont donc à la charge du patient. Si la plupart des mutuelles ou complémentaires santé proposent le remboursement de cette opération, elles ne le font pas toutes à la même hauteur et selon les mêmes critères. Il convient donc de vous renseigner au préalable auprès de votre mutuelle santé pour connaître le taux de remboursement de la chirurgie et les conditions pour en bénéficier.

Doctor examines fundus in microscope, patient under sterile cove

Comment se faire rembourser la chirurgie réfractive avec GMF ?

GMF avec son Assurance Santé Pass Complémentaire propose une prise en charge des frais de chirurgie réfractive dès le niveau 2. Vous pouvez encore réduire la facture en accédant aux partenaires de Santéclair(1), rigoureusement sélectionnés pour la qualité des bilans préopératoires, du plateau laser et pour l'expérience des chirurgiens. Ils proposent des tarifs jusqu’à 30 % moins chers par rapport aux prix moyens du marché sur les différentes techniques d’opérations des amétropies(2). De plus, les partenaires de Santéclair pratiquent le tiers payant, ce qui réduit la note. Par exemple pour la technique LASIK c'est environ 500 euros d'économies.

Pour faire analyser votre devis ou trouver un partenaire de Santéclair, accédez au centre proche de chez vous à partir de votre espace client GMF/Trouver un professionnel de santé/optique/centre de chirurgie laser, ou à partir de l'appli mobile GMF ou MySantéclair. La prise de rendez-vous pour la chirurgie réfractive se fera ensuite par téléphone.

(1) Les services présentés sont proposés par Santéclair, partenaire de GMF, et réalisés par Santéclair ou par ses partenaires. L’accès à ces services est réservé aux assurés GMF titulaires d’un contrat complémentaire Santé Pass ou Surcomplémentaire 2 en vigueur (attention, en fonction de la nature de votre contrat santé GMF, les services Santéclair peuvent différer). Services susceptibles d’évoluer dans le temps. Pour localiser les professionnels de la santé et accéder à ces services, rendez-vous dans votre Espace Client sur gmf.fr (rubrique « accéder à vos services santé »), sur l’application mobile GMF, ou contactez votre conseiller GMF.

(2) Comparaison entre les tarifs négociés chez les professionnels de la santé partenaires Santéclair et les devis analysés par Santéclair en 2018.

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

Jeune homme chez l'opticien avec des lunettes cassées
Quelle assurance en cas de lunettes cassées ou perdues ?

Vous avez cassé ou perdu vos lunettes de vue ? Les assurances, complémentaires santé ou responsabilité civile peuvent intervenir pour rembourser une nouvelle paire. Vous pouvez aussi les remplacer sans ordonnance, mais sous certaines conditions.

Lire la suite
Un couple malade à la maison prend sa température
Que faire quand on tombe malade ?

Depuis plusieurs années, les Français ont pris le réflexe de rechercher sur internet les causes de leurs symptômes en cas de maladie. Près de la moitié d’entre eux consultent des sites d’informations comme Doctissimo ou des forums de discussion. La fiabilité de ces renseignements n’est cependant pas garantie et peut semer le trouble dans les démarches à suivre pour se soigner. Alors que devons-nous faire quand nous sommes malades si les symptômes persistent ? Quand consulter un médecin ? Faut-il demander un deuxième avis ? Explications.

Lire la suite
Le remboursement des lunettes examiné à la loupe !
Le remboursement des lunettes examiné à la loupe !

Vous rencontrez des problèmes de vue ? Vous devez porter des lunettes ou des lentilles ? La première étape : consulter un ophtalmologiste afin qu’il vous prescrive les corrections nécessaires. Vous pourrez ensuite transmettre l’ordonnance obtenue à votre opticien pour obtenir les fameux sésames nécessaires au recouvrement d’une bonne vision. Mais les lunettes et les lentilles sont-elles remboursées ? Quelles sont les procédures à suivre ? Toutes les réponses sur la prise en charge et le remboursement pour vous aider à y voir un peu plus clair.

Lire la suite