Prix Territoriaux La Gazette - GMF : les lauréats de la 21ème édition

Lancés en 2000, les Prix Territoriaux La Gazette - GMF récompensent les collectivités qui mettent en commun talents, ressources et expertises pour renforcer la qualité du service public. Découvrez les lauréats de la 21ème édition des Prix Territoriaux !

Corporate Team Casual Break Discussion Ideas Concept

Le palmarès 2020

  • Prix Coup de coeur : Ville de Brest

    Handibox facilite l’accès à la culture des personnes en situation de handicap

    Avec sa Handibox, la ville de Brest a souhaité lever les freins pratiques et techniques liés à l’accueil des personnes en situation de handicap sur les événements culturels et artistiques. 

    À Brest, la culture pour tous n’est pas un vain mot. Afin de faciliter l’accès des personnes en situation de handicap aux événements culturels et artistiques organisés dans la ville, cette dernière a lancé début 2019 la Handibox. Ce dispositif comprend le matériel nécessaire pour faciliter l’accueil et la participation des personnes en situation de handicap aux différentes manifestations culturelles et artistiques, notamment les manifestations en extérieur comme les festivals. 

    Un atelier de travail participatif

    Pour concevoir ce projet dans la plus large concertation possible, la municipalité a organisé un atelier de travail, composé de membres issus des secteurs du handicap et de la culture. Ce travail participatif a également permis de produire un « guide repères » s’adressant aux organisateurs de manifestations culturelles et artistiques pour améliorer leurs propositions dès la conception de leurs évènements. Enfin, des fiches spécifiques ont aussi été imaginées, afin d’aider les organisateurs à faire évoluer leurs pratiques et mieux communiquer en direction des personnes en situation de handicap.

    Tout le matériel nécessaire à l’accueil des personnes handicapées

    La Handibox comprend notamment une tente et un comptoir d’accueil, des sièges-cannes adaptés, des fauteuils roulants manuels, des boucles à induction magnétique pour les personnes malentendantes, des rampes d’accès mobiles, des gamelles pour les chiens guides d’aveugles et chiens d’assistance… Au-delà de l’inclusion de personnes en situation de handicap à toutes les phases du projet, la ville de Brest s’est également attachée à travailler avec des fournisseurs spécialistes des questions de handicap.

    Un succès dès son lancement

    Le lancement de la Handibox a par ailleurs fait l’objet d’une campagne de communication sur les sites internet de la Ville et du Conseil départemental, dans la presse et les réseaux spécialisés des secteurs de la culture, du handicap, et des collectivités. 

    De juillet 2019 à février 2020, la Handibox a été réservée vingt semaines. Dix semaines de réservation étaient déjà prévues de mars à août 2020. Mais compte tenu de la situation sanitaire et de l’arrêt des manifestations culturelles, l’expérience a pour l’instant été suspendue. Toutefois, si une seule Handibox est pour l’instant réservable, une réflexion est en cours pour dupliquer ce kit en fonction de la demande.
     

    La « Handibox », imaginée par la ville de Brest pour favoriser l’accès des personnes en situation de handicap aux événements culturels, a décroché le Prix coup de cœur des Prix Territoriaux 2020. 

  • Prix du Jury : CCAS de Montpellier

    Le numérique au service de l’action sociale

    Le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Montpellier a créé un tiers lieu destiné à lutter à la fois contre la fracture numérique et la fracture sociale sur son territoire. 

    Développer de nouveaux services numériques, favoriser l’interaction de publics divers au travers d’activités communes, le tout, au sein d'un même espace qui servirait à la fois de lieu ressource et d'innovation pour l'ensemble du territoire : c’est ce triple défi que le CCAS de Montpellier a relevé en créant le Centre des expérimentations et de l'innovation sociale (CEIS). 

    Le CCAS a rénové pour l’occasion une ancienne crèche municipale située à la jonction des quartiers des Arceaux aux revenus aisés et de Figuerolles, un Quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). L'enjeu de l'emplacement de ce tiers lieu numérique est d'éviter justement que la frontière urbaine qui sépare ces deux quartiers du cœur de ville ne devienne une fracture sociale.

    Acculturer les citoyens au numérique

    Par le biais de formations, d’ateliers et d’opérations évènementielles, des offres de services sont proposées autour de six thématiques orientées « usager » : budget, santé/environnement, emploi, accès aux droits, culture et numérique. L’objectif est d’accompagner et d’acculturer les citoyens à l'usage des outils numériques mais aussi de participer à la lutte contre l'isolement social en favorisant les rencontres. Pour les publics les plus réfractaires au numérique, des activités pédagogiques et ludiques ont été mises en place comme l’atelier cuisine en live pour former les personnes à l’utilisation de la visioconférence.

    Au-delà des actions proposées aux habitants, le CEIS développe aussi une offre de services pour les entreprises du numérique, notamment les start-up montpelliéraines, venues expérimenter de nouveaux services ou produits directement auprès des usagers. 

    Un public de plus en plus large

    Depuis son lancement mi-octobre 2018, le CEIS a rencontré un franc succès. Plus de 3 000 personnes se sont inscrites en 2020, dont 891 en accompagnement numérique et 1 629 pour les ateliers. L'offre de services a été multipliée par deux depuis la rentrée de septembre 2019. Des actions hors-les-murs sont également menées avec notamment des permanences numériques dans d’autres QPV de la ville et les 7 EHPAD du CCAS. Enfin, un CEIS numérique mobile devrait permettre de sensibiliser plus largement les habitants aux usages du numérique.
     

    Le Centre des expérimentations et de l'innovation sociale (CEIS) dédié aux usages du numérique et ouvert par le CCAS de Montpellier a été distingué par le Prix du Jury des Prix Territoriaux 2020.

  • Prix GMF : Conseil régional d’Île-de-France

    L’apprentissage des langues gratuit pour tous

    Le Conseil régional d’Île-de-France souhaite devenir une « Région multilingue » d’ici 2022. Pour y parvenir, la collectivité propose aux Franciliens de plus de 15 ans une plateforme gratuite d’apprentissage des langues étrangères baptisée Qioz.

    Soucieux de l’employabilité des Franciliens et de l’attractivité de son territoire en vue notamment des Jeux Olympiques et paralympiques de 2024, le Conseil régional d’Île-de-France a décidé de faire de la bonne maîtrise des langues étrangères une de ses priorités. Pour ce faire, la collectivité a mis à la disposition des Franciliens de plus de 15 ans, un outil gratuit d’apprentissage des langues baptisé Qioz (https://qioz.fr/). Ce service innovant, accessible via un site dédié et une application, propose de progresser en anglais, espagnol, allemand et français langue étrangère (FLE) en visionnant des extraits de films, séries TV, clips musicaux ou documentaires en version originale. 

    Un travail de co-construction

    Lancé en avril 2019, Qioz est le résultat d’un travail de co-construction avec les agents de la région, qui repose sur le design thinking (une méthode de gestion de l'innovation basée sur un processus de co-créativité). Une démarche encadrée par des experts et des professionnels qui a permis d’identifier les attentes des Franciliens, d’évaluer la pertinence des contenus et de trouver le nom de l’outil. Trois mois avant le lancement de Qioz, un test sur l’ergonomie et le parcours apprenant a été mené auprès de 200 agents. Des audits d'accessibilité et de sécurité sur la protection des données ont été effectués par des professionnels, assortis d’un test auprès des publics cibles via une société d’étude.

    Plus de 160 000 apprenants

    À la suite d’un pré-lancement organisé avec des Youtubeurs et sur les réseaux sociaux, une première campagne de communication au cinéma et en affichage a été menée en mai et juin. Mi-décembre, six mois après le lancement, l’application mobile de la version web est sortie sur IOS et Android, donnant lieu à une seconde vague de communication en digital et à nouveau au cinéma. 
     
    Depuis, des modules métiers spécifiques à des secteurs d’activités ont été ajoutés sur la plateforme (hôtellerie-restauration, transport, soins médicaux...). Deux nouvelles langues sont également proposées depuis la rentrée 2020 : le portugais et le chinois. Enfin, des développements sont en cours pour créer « Qioz Éducation » qui permettra aux organismes de formation, lycées et universités de suivre l’apprentissage de leur public inscrit sur Qioz. Un an après son lancement, la plateforme comptait plus de 160 000 apprenants. 
     

    Qioz, la plateforme gratuite d’apprentissage des langues étrangères lancée par le Conseil régional d’Île-de-France, a reçu le Prix GMF lors des Prix Territoriaux 2020.

  • Prix La Gazette : Conseil départemental des Hauts-de-Seine

    L’intelligence collective au service des communes

    Lancé en mars 2019, le Curious Lab du Conseil départemental des Hauts-de-Seine encourage une réflexion collective avec le concours de ses habitants, notamment les plus jeunes, pour enrichir l’action publique locale.

    Le management par l’intelligence collective ne se limite pas au monde de l’entreprise. Le Conseil départemental des Hauts-de-Seine en a fait la démonstration au travers de son Curious Lab. Lancé en mars 2019, ce laboratoire d’idées innovantes et de réflexion collective vise à enrichir l’action publique locale, et en particulier communale, par la contribution des futurs actifs et des nouvelles générations. Ce sont principalement des étudiants qui à travers une « promotion annuelle » participent à la réflexion de projets formalisés sous forme de défis. Ceux-ci couvrent un vaste champ : urbanisme, culture, démocratie locale, économie, action sociale, mobilité, modernisation de l’administration, etc…

    Des défis communaux soumis aux étudiants 

    Aux termes d’une phase de recueil des défis communaux, une journée de lancement permet à chaque commune de présenter ses projets à la promotion annuelle des étudiants mobilisés et issus de divers établissements d’enseignement supérieur (commerce, management, géopolitique, ingénierie, digital…). Les étudiants, dont le travail au sein du Curious Lab est intégré à leur cursus, livrent en fin de journée leurs premières pistes de réflexion, les communes choisissant les plus pertinentes. Tout au long de l’année universitaire, des sessions de travail coachées par le département et des experts permettent aux étudiants de développer plus précisément les projets. Enfin, lors d’une session de clôture, les dossiers finalisés sont présentés aux communes avec remise de trophées et de diplômes.

    Un regard neuf et des idées innovantes 

    Ce laboratoire départemental permet aux communes de bénéficier de réflexions innovantes et de leurs traductions opérationnelles sur leur territoire. Il leur a permis d’avoir un regard neuf et des idées innovantes sur des problématiques de la ville, et ce, en dépassant les logiques de silos des différents services des mairies. Il permet également de mieux faire comprendre l’action publique aux jeunes générations pour en faire des citoyens plus éclairés et co-acteurs de leur territoire. Enfin, cette initiative collaborative fait découvrir les métiers de la fonction publique territoriale aux futurs actifs.
     

    Le Conseil départemental des Hauts-de-Seine et son « Curious Lab » ont été distingués par le Prix La Gazette dans le cadre des Prix Territoriaux 2020.

     

  • Prix spécial gestion de crise : SDIS de l’Ariège

    COVID-19 : comment optimiser la régulation médicale ?

    Le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Ariège et les principaux acteurs locaux engagés dans la lutte contre la COVID-19 ont mis en place une plateforme téléphonique pour prodiguer des conseils à la population et faciliter la prise de rendez-vous dans des centres médicaux dédiés.

    Au mois de mars, au tout début de la crise sanitaire, le département de l’Ariège s’est retrouvé, comme de nombreuses autres collectivités, confronté à l’urgence sanitaire. L’Agence régionale de santé Occitanie, le Conseil national de l’ordre des médecins et le SDIS de l’Ariège ont décidé d'un commun accord de créer quatre centres médicaux dédiés à la COVID-19 dans le département.

    Une plateforme téléphonique spécifique

    Afin de prévenir une saturation du service de santé et une sur-sollicitation des numéros d’appels d’urgence (15, 18 et 112), le SDIS a mis en place une plateforme téléphonique pour délivrer des conseils et prendre des rendez-vous pour les personnes suspectées d’infections. Son service Systèmes d’informations et de communication a ouvert trois postes de prise d’appel, augmenté la capacité des lignes et créé un numéro spécial mnémotechnique, le 05 34 140 140. 

    Un travail essentiel de coordination 

    Le Conseil départemental et la Préfecture de l’Ariège se sont chargés du déploiement des centres COVID. Le SDIS a, quant à lui, coordonné les différents acteurs (SAMU, Ordre des médecins…) et les plannings de garde des personnels administratifs, techniques et spécialisés, des sapeurs-pompiers volontaires et des médecins généralistes bénévoles sur la plateforme ouverte de 8 h à 18 h, 7 jours/7. Enfin, les médias ont été mobilisés pour annoncer à la population ariègeoise l’ouverture des centres COVID et l’obligation d’appeler le numéro unique pour une prise de rendez-vous avant de s’y présenter.

    Un service activable à tout moment

    Aux termes de ces deux mois d’utilisation, 621 appelants ont pu être diagnostiqués, conseillés et orientés et 370 ont donné lieu à des rendez-vous. Désormais, en cas de nouvel évènement majeur lié ou non à la COVID-19, la plateforme peut être à nouveau opérationnelle en quelques heures grâce à la mise en application de procédures déjà validées et à la montée en compétence du personnel.
     

    La plateforme téléphonique dédiée à la COVID-19 mise en place par le SDIS de l’Ariège a obtenu le Prix spécial gestion de crise des Prix Territoriaux 2020.
     

  • Prix des sociétaires GMF : Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées

    Lutter contre le mal logement en un clic

    Pour agir contre le mal logement, la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées a conçu une plateforme numérique facilitant le signalement et la prise en charge des habitats non conformes.

    Comme nombre de territoires, la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées est confrontée aux problèmes de mal logement (humidité, moisissures, précarité énergétique...). Une enquête a ainsi montré que 63 % des locataires de la collectivité affirment avoir rencontré des problèmes dans leur logement. 

    Un guichet unique dématérialisé 

    Pour faciliter la détection, le signalement, l’évaluation et le suivi des habitats non conformes et ainsi accélérer la prise en charge du mal logement, la Communauté d’agglomération a lancé en juillet 2020 une plateforme inédite baptisée Histologe. Recensant les différents critères d'habitabilité, ce guichet unique dématérialisé, composé d’une application mobile et d’un site internet, permet de centraliser les signalements.

    Les locataires peuvent y indiquer directement une anomalie. Dans la foulée, l’équipe d’Histologe met, si besoin, à leur disposition des capteurs intelligents pour mesurer la qualité de l'air, la température et le taux d'humidité. Un moyen efficace de mieux qualifier et résoudre les problèmes en s’appuyant sur des données fiables. Après analyse, chaque signalement est automatiquement envoyé aux experts habitat de la Caisse d’allocations familiales, de l’Agence nationale pour l’information sur le logement et de l’Agence régionale de santé afin de faciliter une meilleure prise en charge. Sur les trois premiers mois de lancement de la plateforme, 92 signalements ont été enregistrés, 10 dossiers résolus et 3 relogements réalisés en urgence.

    Une solution simple et efficace

    Pour sa conception, Histologe a nécessité la mobilisation d’un ingénieur informatique et d’un ingénieur habitat. La rapidité de mise en place et la relative modicité du coût de l’outil ont déjà contribué à son succès au-delà des frontières du Béarn. Des pistes de déploiement de la plateforme sont à l’étude sur d'autres territoires comme le Puy de Dôme, l’Île-de-France et l’Île de la Réunion. La Métropole de Marseille mais aussi Lille et la Corse ont été également contactées pour une éventuelle utilisation.
     

    La Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées a remporté le Prix des sociétaires GMF pour sa plateforme de lutte contre le mal logement.

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Paramétrez vos cookies

Le palmarès des éditions précédentes

Découvrez le palmarès des éditions précédentes
Découvrez le palmarès des éditions précédentes
Je découvre
Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Ces articles peuvent vous intéresser