Partage de méthodes innovantes à l’école

Partage de méthodes innovantes à l’école

Quand l’école se veut créative, il s’agit pour les enseignants de faire preuve d’encore plus d’imagination, de souplesse et d’intelligence. Et de revisiter l’interactivité. L’enjeu ? Des élèves qui tirent parti des nouvelles technologies. Et une classe plus vivante.

#Twittclasse : une idée innovante pour communiquer entre les classes

Dès l’école primaire, Twitter peut être un outil amusant et utile pour communiquer avec d’autres classes ou d’autres personnes. Surtout, cela donne aux élèves les règles d’usage des réseaux sociaux, ils peuvent ainsi comprendre Internet, ses bénéfices et ses dangers…

Comment procéder ? D’abord créer un compte pour la classe, en votre nom, puis en informer les parents et votre hiérarchie. Il est important de concevoir des règles d’utilisation à expliquer aux élèves. Ensuite, choisissez des projets, twictées, défis mathématiques, twithaiku…, suivez d’autres classes et partagez (même les devoirs pour les absents) ! 

Pédagogie inversée : l’élève devient le professeur

Les élèves découvrent une notion seul à la maison, à l’aide d’outils fournis par l’enseignant. Cela peut être des vidéos, des tutoriels, des podcasts, fichiers pdf…

Ils réfléchissent et notent toutes les questions qui leur viennent. De retour en classe, accompagnés et guidés par leur professeur, les élèves essaient ensemble de bâtir le cours. Ce temps de classe devient celui des travaux de groupe, il permet d’aborder des notions plus complexes et facilite un accompagnement individualisé.

Buzz group : groupe de bourdonnement

Cela ressemble à un exposé interactif. Le principe est de poser une question aux élèves, puis de les laisser penser par petits groupes pendant quelques minutes. Les élèves présentent ensuite, par l’intermédiaire d’un rapporteur, leurs réponses, leurs pistes de réflexion.

Afin d’éviter les répétitions, demandez de rapporter uniquement les éléments nouveaux. Cela peut se décliner avec le « pense seul, à deux, à quatre » : l’élève réfléchit d’abord seul à la question posée, puis ils se mettent par deux et enfin par quatre pour approfondir avant de répondre. Voilà qui les rend plus actifs dans l’apprentissage.

Jeux numériques : des jeux vidéo pédagogiques dans les écoles

Les « jeux sérieux » font depuis longtemps partie des méthodes d’apprentissage, particulièrement en maternelle. Mais depuis quelques temps, ces jeux éducatifs version numérique s’adressent aussi aux plus grands.

Ce sont des jeux vidéos dont l’objectif est de transmettre des informations ou des connaissances, l’élève progresse en autonomie.

Intégrés dans une séquence pédagogique, ils permettent d’améliorer l’apprentissage d’une langue vivante, de consolider des connaissances en géométrie, de s’approprier des notions de diététique…

Repenser l’espace : tous les élèves participent

C’est finalement la chose la plus simple à faire, qui ne demande pas d’investissement. Il s’agit parfois, ou toujours, selon sa classe, d’organiser autrement l’espace de travail. En créant des pôles, où les élèves se retrouvent par petits groupes entre lesquels circule l’enseignant. Pour un travail collaboratif…

Partagez cet article

Cet article vous a intéressé ?

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Ces articles peuvent vous intéresser

echec-scolaire
Échec scolaire : les neurosciences au secours des élèves

Chaque année en France, près de 100 000 jeunes sortent de l’école sans qualification ni diplôme. La crise de la Covid-19 n’a rien arrangé. Selon une étude réalisée en 2021, 87 % des 16-25 ans estiment qu’elle a pesé sur leurs études ou leur formation*. C’est 8 % de plus qu’en 2020. Avec les neurosciences cognitives, il est désormais possible de porter un nouveau regard sur l’échec scolaire et d’envisager des solutions nouvelles. L’avis de Sylvie Amici, Psychologue de l’Éducation nationale et présidente de l’association APsyEN.

Lire la suite