En poursuivant votre navigation sur gmf.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à améliorer votre expérience de navigation sur le site et à vous proposer des images et des contenus et messages adaptés à vos besoins

En savoir plus sur les cookies       En savoir plus sur les données personnelles

Devenir propriétaire pour un investissement locatif

Devenir propriétaire : les différentes étapes pour acheter un bien immobilier

Dernière mise à jour le 13/02/2018Note 3,5 (2 avis)

Dans le même dossier :

L'investissement locatif consiste à acheter un logement dans l'objectif de le mettre en location. Tout ce qu'il faut savoir pour les propriétaires. 

A l'inverse d'un achat immobilier dont l'objectif est de se loger, l'investissement locatif est un placement. Cet investissement immobilier est très intéressant car il permet aux propriétaires de bénéficier, en plus des revenus générés par le loyer, d'importantes réductions d'impôt. Ces déductions sont consenties en échange d'un engagement : celui de dédier le bien à la location.

Acheter pour louer doit être réfléchi et construit comme une réelle stratégie patrimoniale. Avant d'acquérir un bien immobilier pour la location, vous devez en tant que futur propriétaire vous poser des questions essentielles, telles que :

  • Ce logement deviendra-t-il le mien ?
  • Est-ce que je souhaite le transmettre à mes enfants ?
  • Est-ce que je souhaite réaliser cet investissement dans l’objectif de générer une nouvelle source de revenus lorsque je serai à la retraite ?

L'investissement locatif, un cas unique de placement immobilier

Pour l'investissement locatif, la grande majorité du crédit - environ les trois quarts - est financée par le locataire. Un cas unique en termes de placements immobiliers. Le dernier quart est quant à lui remboursé grâce à l'économie d'impôt réalisée et à l'épargne de l'emprunteur.

Les contrats d'assurance emprunteur d'un investissement locatif imposent des garanties décès invalidité. Quelquefois, des garanties supplémentaires sont demandées, comme les incapacités de travail.

Il est à noter que ce mode de garantie est réduit en comparaison des résidences principales. En effet, en cas d'arrêt de travail, le loyer permet de compenser la perte de salaire et auto-finance le bien.

Limiter les risques avec certaines garanties complémentaires

S'il subsiste une partie de l'échéance à la charge du propriétaire, il peut être recommandé de souscrire, dans le cadre de l'assurance emprunteur, la garantie ITT/IPT (Incapacité temporaire et totale de travail/ invalidité permanente et totale) qui rembourse les échéances en cas d'arrêt de travail.

Avez-vous aimé cet article ? 5 4 3 2 1

Comment économiser en négociant son prêt immobilier avec sa banque ?

Vous êtes en pleine négociation pour votre prêt immobilier ? Ne signez pas les yeux fermés le contrat d’assurance annexé à l’offre de prêt de votre banque. 

La loi Lagarde vous permet de choisir votre assurance de prêt immobilier

Depuis septembre 2010, la Loi Lagarde permet au consommateur de choisir son assurance de prêt immobilier à condition que l’assurance de son choix présente des garanties équivalentes à celles proposées par la banque : c’est la délégation d’assurance.

Vous avez ainsi le droit de mettre en concurrence plusieurs assurances pour votre de prêt immobilier. Prêtiléa, le contrat d’assurance de prêt immobilier de la GMF, vous offre dans ce cadre la possibilité de réaliser de belles économies tout en étant parfaitement protégé.

Un niveau de garanties équivalent à celui de votre banque

La principale condition fixée par la Loi Lagarde est que le contrat d'assurance de prêt, que vous présentez, offre un niveau de garanties au moins équivalent à celui de l’établissement prêteur. L’objectif de la loi est de dynamiser la concurrence pour que les prix de l’assurance baissent et donc, vous faire faire des économies pour des niveaux de garanties au moins équivalents.

Sachez que certaines banques continuent de faire de la résistance : refus de considérer le contrat alternatif comme équivalent, menace de réviser le taux de crédit à la hausse, dossier trainant en longueur avec crainte d’un refus du prêt pour l’emprunteur ou de ne pas avoir son crédit à temps pour son acquisition

Grâce à la GMF, vous pouvez réaliser jusqu'à 50%(1) d'économies !

En 2014, les pouvoirs publics ont renforcé le dispositif de la Loi Lagarde en permettant à l’emprunteur de substituer l’assurance de son prêt par un autre contrat (avec des garanties équivalentes) pendant l'année qui suit après la signature de celui-ci : c’est l’objet des dispositions de la Loi Hamon relative à la consommation. N'hésitez pas à  faire un devis. Lire le dossier complet

La preuve par les chiffres

Julie 31 ans, employée dans une entreprise du secteur privé et Thomas, 32 ans agent administratif en Mairie contractent un prêt immobilier amortissable de 125 000 € au taux fixe de 3% sur 20 ans.

Coût de l’assurance de prêt pour les 2 contrats Coût estimé auprès d’une banque Coût total à la GMF Economies réalisées
Montant pour le couple 12 500 € 5 904,60 € 6 595,40 €
Taux du prêt 2% 2%  
Taux d’assurance 0,25 % 0,12 % 52 %
Cotisation mensuelle 52 € 24,60 € 27,48 €

Julie et Thomas ont économisé 6 595,60 €(1) en en choisissant l'assurance de prêt GMF.

Vous négociez votre prêt immobilier, félicitations !

Réduisez le coût global de votre crédit immobilier en optant pour une assurance compétitive.

  • Jusqu'à 50% d'économies sur votre assurance de prêt(1)
  • Tarification sur mesure
  • Niveau de protection identique à celui des banques

Faire un devis

(1)  En prenant pour base un taux moyen bancaire annuel par assuré de 0.25% (couramment appliqué par les banques en décembre 2016), sur le capital initial, sur un prêt d'une durée de 20 ans, avant examen des données médicales.