Prévention des cambriolages : les bonnes pratiques à adopter au quotidien

Le 29/11/2018

Selon le ministère de l’Intérieur, 683 cambriolages ont lieu chaque jour en moyenne, soit un cambriolage toutes les deux minutes ! Des chiffres qui progressent de 18 % à l’approche et pendant les périodes de Noël. Quelles sont les méthodes des cambrioleurs ? Existe-t-il des territoires plus exposés que d’autres ? Quels sont les facteurs de risque ? Covéa (GMF, MAAF, MMA), Vérisure et Saretec lancent la première édition de l’Observatoire de la sécurité des foyers, sur le thème du cambriolage.

Cambriolage : quelles bonnes pratiques adopter au quotidien ?

Tout fermer lorsqu’on s’absente

Même quinze ou trente minutes. La plupart des cambriolages surviennent dans un laps de temps très court. Ne pas laisser les fenêtres ou portes ouvertes relève d’un geste simple et efficace pour empêcher les voleurs de rentrer chez soi par effraction et de commettre des dégradations.

Ne pas laisser d’échelles dans le jardin

Cela peut donner aux cambrioleurs un accès facile aux étages !

Ne pas isoler son domicile

Couper sa haie, éviter les murs trop hauts… Quand un foyer est visible de la rue, par les passants ou par les voisins, il est mieux protégé car il y a plus de chances que les cambrioleurs soient identifiés et interpellés ! Ils vont donc aller ailleurs.

Laisser ses clés à des voisins ou à des gens de confiance

Afin qu’ils puissent relever le courrier et ainsi ne pas laisser déborder une boîte aux lettres, car cela indique une absence. Ils seront également une aide précieuse pour garder l’œil sur le logement et dénoncer les présences suspectes en cas de besoin.

Prévenir les forces de l’ordre quand on part en vacances

Elles pourront redoubler les patrouilles dans les environs et surveiller le domicile vacant.

Ne pas trop dévoiler sa vie

Qu’il s’agisse de partager sur les réseaux sociaux quand on part en congés, d’attirer l’attention sur son niveau de vie avec des achats luxueux ou de parler trop librement à son entourage en présence d’inconnus… les Français ont aujourd’hui l’habitude de dévoiler trop facilement des informations privilégiées qui peuvent faciliter le ciblage des foyers par les cambrioleurs.

Sécuriser son foyer de façon homogène

Les logements sont souvent sécurisés de façon hétérogène : une porte blindée sans fenêtres renforcées, un système d’alarme mais uniquement au rez-de-chaussée... Ces manières de s’équiper laissent des zones de passage au sein du domicile, facilement identifiables et fracturables par les voleurs professionnels. Il faut donc penser à normaliser ses équipements ! On peut même demander à son assureur de faire intervenir des professionnels pour réaliser un diagnostic de sécurité de son domicile.

Opter pour les systèmes d’alarme avec télésurveillance

Pour prévenir la présence d’une personne étrangère dès le déclenchement d’alarme.

Ne pas regrouper ses objets de valeur dans un seul endroit

Dressing, chambre d’adulte, salle de bains… les cambrioleurs connaissent les endroits où les habitants rangent et cachent leurs objets de valeur (bijoux, argent, etc.). Afin de ne pas faciliter le vol et de réduire le temps nécessaire pour tout dérober, il vaut mieux disséminer les objets de valeur dans des pièces où les cambrioleurs ne s’attendent pas à les retrouver, telles que les chambres d’enfant ou la cuisine.

Ne pas avoir de coffre-fort apparent

Car les cambrioleurs, fantasmant sur le butin qu’on peut y trouver, vont tout faire pour l’ouvrir.

Ne pas conserver les bijoux non portés à la maison

Mais prendre un coffre à la banque. Pourquoi mettre en danger les objets dont on ne se sert pas au quotidien ?

Bien préparer ses justificatifs de présence et de valeur des biens

(photos, factures, estimations de valeur). En cas de vol, ces justificatifs sont indispensables pour attester de l’existence d’un objet volé et pour définir l’indemnisation. Il faut noter que, pour les bijoux, les photos ne suffisent pas ! Si l’on n’a pas de facture, faire appel à un bijoutier ou autre expert pour faire une évaluation de la valeur de son bien.

Ne pas conserver ses justificatifs avec les objets de valeur

Car si les objets sont dérobés, les justificatifs le seront aussi. Ne pouvant plus justifier de leur existence ni du capital volé, ces items ne seront pas remboursés.

Revoir ses contrats et garanties

Notamment la garantie « bijoux » ou « objets de valeur ». La plupart des Français ne connaissent pas assez bien leurs garanties ou déclarent un capital inférieur au montant des objets de valeur chez eux, ce qui peut être catastrophique lors du remboursement d’un sinistre. S’assurer de ce que recouvre son contrat et faire évoluer son contrat dans le temps lorsqu’on acquiert de nouveaux capitaux permettraient de mieux se protéger en cas de vol !

Que faire après un cambriolage ?

Ne toucher à rien

Lorsque les victimes manipulent des supports ou des objets qui ont été touchés par le cambrioleur, elles vont non seulement laisser leurs propres traces (ADN, traces digitales, semelles), mais aussi effacer des traces qui auraient pu être laissées par le ou les auteurs du cambriolage.

Contacter les services de police ou de gendarmerie (17)

Il est primordial de contacter les services de police ou de gendarmerie pour faire constater l’effraction et sécuriser les lieux par les premiers intervenants.

Attendre l’arrivée des experts

Il est important de bien prendre le temps d’expliquer aux fonctionnaires de la police scientifique ce qui a pu être manipulé par les auteurs et de signaler tout objet qui aurait pu être abandonné sur place par les délinquants.

Faire une liste des objets dérobés

Une fois les investigations terminées, il importe de faire l’inventaire de ce qui a pu être dérobé et d’essayer de retrouver les factures, des photos de bijoux ou à défaut une description détaillée de tous les biens dérobés.

Déposer plainte

Un délai de quarante-huit heures est imposé par l’assurance pour se rendre dans le service de police ou de gendarmerie le plus proche de son domicile. Pour gagner du temps, une préplainte peut être effectuée en ligne (www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr). Ce document pourra être signé lors d’un rendez-vous au commissariat ou dans une gendarmerie afin d’être considéré comme une plainte offi cielle. Un récépissé du dépôt de plainte est utile pour les démarches auprès de l’assurance. Il est impératif de déposer plainte même en cas de simple tentative de vol

Transmettre son dossier

Par lettre recommandée avec accusé de réception à l’assurance.

Retrouvez l’intégralité des indicateurs de l’Observatoire de la sécurité des foyers dans l’infographie suivante :

L’intégralité de l’Observatoire est téléchargeable ici.

Cet article vous a été utile ?